Navigation – Plan du site
284
Mehrī Raḥmānī

« Nīme-ye ġāyeb kojāst ? ». Donyā-ye soḫan, n° 94, (ordībehešt 1380/2001), pp. 56-57. [Où est passée la moitié cachée ?]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Petite note sur le roman de Ḥoseyn Sanāpūr Nīme-ye ġāyeb, qui obtint le prix du meilleur roman d’Iran en 2000. Plongée dans la conscience de l’homme moderne, individu écartelé dans un monde qui éclate, ce roman analyse le conflit des générations, ou plutôt, perce dans ce conflit le mystère de l’homme nouveau. Cette nouvelle génération post-révolutionnaire a sa part lumineuse comme sa part d’ombre. L’écriture romanesque de Ḥ. Sanāpūr révèle les progrès considérables du genre après la révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Mehrī Raḥmānī, « « Nīme-ye ġāyeb kojāst ? ». Donyā-ye soḫan, n° 94, (ordībehešt 1380/2001), pp. 56-57. [Où est passée la moitié cachée ?] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 284, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34817

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page