Navigation – Plan du site
285
Yadollāh Royā’ī

« Agar morde bāšad ». Kārnāme, n° 16-17, (1380/2001), pp. 126-129. [Si tant est qu’il soit mort]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le poète Y. Royā’ī adresse ce texte à la mémoire du poète Šāmlū, lors de la cérémonie funèbre qui a lieu à Paris, le 29 septembre 2000, à l’invitation de l’Association des Ecrivains. Royā’ī exprime son effroi devant le vide créé par le départ de cet immense poète dans le monde de la poésie persane nouvelle. Surtout quand ce départ s’ajoute à tous ces autres, en cette même année : Noṣrat Raḥmānī, Nāder Nāderpūr, Šāpūr Bonyād, Bīžan Jalālī, Hūšang Golšīrī. Royā’ī, grand familier de Šāmlū, s’attarde sur deux aspects de son génie poétique : la puissance de son langage, son inlassable énergie à traquer le secret des mots et l’acuité de son regard, cette faculté de voir au-delà du visible qui constitue sans doute la part du génie poétique et enfin cette capacité peu égalée d’embrasser à la fois le regard et la parole dans la création de l’image poétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Yadollāh Royā’ī, « « Agar morde bāšad ». Kārnāme, n° 16-17, (1380/2001), pp. 126-129. [Si tant est qu’il soit mort] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 285, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34819

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page