Navigation – Plan du site
286
Yadollāh Royā’ī

« Šeʽr-e zabān yā bī-zabānī-ye šeʽr » (1ère partie). Kārnāme, n° 20, (1380/2001), pp. 71-73. [La poésie du langage, ou le non-langage de la poésie]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Première partie d’une conférence sur la poésie nouvelle en Iran, dont la deuxième est donnée dans Kārnāme n° 21. Royā’ī part de sa triple définition du langage / homme / monde, qu’il donnera dans un ordre légèrement différent, en inversant homme et monde ou conscience et objet. La nouveauté du langage poétique vient donc, non pas d’une pure opposition entre modernité et tradition, ce qui constituerait une aporie indépassable, mais du jeu de ces trois éléments, de leur mouvement, de leur dynamique, dirait Aristote. Dans l’interférence de la conscience et du langage, dans celle du sujet et de l’objet jaillit le sens, de la mise en forme de ces trois éléments se façonne la signification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Yadollāh Royā’ī, « « Šeʽr-e zabān yā bī-zabānī-ye šeʽr » (1ère partie). Kārnāme, n° 20, (1380/2001), pp. 71-73. [La poésie du langage, ou le non-langage de la poésie] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 286, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34821

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page