Navigation – Plan du site
287
Yadollāh Royā’ī

« Mo’aḫare-ī bar āyande-ye fārsī-ye šeʽr ». Kārnāme, n° 21, (mordād-·ahrīvar 1380/2001), pp. 18-23. [Conclusion sur l’avenir du persan poétique]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Après avoir défini phénoménologiquement le poétique comme alchimie de trois composants essentiels : la langue, le monde, l’homme, ou encore le verbe / la matière / la conscience, Royā’ī entreprend de revenir, à partir de cette expérience espacementaliste, sur l’essence de la « poésie nouvelle » en Iran. Il en arrive à cette conclusion lumineuse que c’est la forme qui renouvelle en permanence la poésie. Du mot, on remonte ainsi au vers, du vers à la forme totale. La culture éblouissante de Royā’ī lui permet de dépasser, de traverser Nīmā pour embrasser l’ensemble du phénomène sur environ soixante-dix ans, évaluer avec la froideur nécessaire les prises de position et les manifestes et revenir, avec cette ferme conviction que lui donne son assise théorique, à l’essentiel, citant Chlovski et Jakobson : la poésie est langage ; elle n’est que du langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Yadollāh Royā’ī, « « Mo’aḫare-ī bar āyande-ye fārsī-ye šeʽr ». Kārnāme, n° 21, (mordād-·ahrīvar 1380/2001), pp. 18-23. [Conclusion sur l’avenir du persan poétique] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 287, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34822

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page