Navigation – Plan du site
290
Kamāloddīn Šafīʽī

« Āzād-andīšī va nemāyeš-nāme-nevīsī dar dowre-ye pīš az enqelāb-e mašrūṭiyyat, Mīrzā Āqā Tabrīzī ». Kelk, n° 126, (1380/2001), pp. 23-25. [Liberté de pensée et théâtre avant la révolution constitutionnelle]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les figures les plus attachantes du monde des lettres persanes avant la mašrūṭiyyat, on trouve celle de Mīrzā Āqā Tabrīzī, un des fondateurs du théâtre persan. Influencé par Mīrzā Fatḥ-ʽAlī Āḫūndzāde, Mīrzā Āqā Tabrīzī écrit un théâtre politique et populaire qui prend pour cible de son ironie et de sa satire, le régime Qajar. Ses cinq pièces, même dans leur imperfection et leur gaucherie, sont de très beaux premiers exemples du théâtre moderne en Iran, à la fin du 19e s. Comme tous les intellectuels de sa génération, Mīrzā Āqā Tabrīzī savait le russe et le français et les influences européennes sur son théâtre sont évidentes (les cinq pièces ont été éditées en Iran).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Kamāloddīn Šafīʽī, « « Āzād-andīšī va nemāyeš-nāme-nevīsī dar dowre-ye pīš az enqelāb-e mašrūṭiyyat, Mīrzā Āqā Tabrīzī ». Kelk, n° 126, (1380/2001), pp. 23-25. [Liberté de pensée et théâtre avant la révolution constitutionnelle] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 290, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34827

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page