Navigation – Plan du site
312
N. Manalaï et D. Septfonds

Tresses et labyrinthe, Contes pachto, suivi de : Septfonds, D. Truands et filles d’ogresse. Paris, Centre d’Etudes et de Recherches Documentaires sur l’Afghanistan, 2001, 130 p.

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Texte intégral

1Dans son avant-propos, N. Manalaï explique son choix de livrer au lecteur, directement en français, cinq contes représentatifs du corpus folklorique pashto. Les ayant reçu « par la parole dite », et étant lui-même pachtoune, il s’appuie sur son souvenir, sur différentes sources et sur la tradition familiale pour les restituer, en sautant l’étape d’une « quelconque » mise par écrit en pashto mais en ayant le souci de s’inscrire dans la continuité des conteurs qui ont été ses modèles. Ce sont donc ces contes (définis comme une légende, un conte merveilleux et des histoires pour enfants) qui nous sont présentés dans une première partie (68 p.), accompagnés, pour le premier, du texte pashto des dialogues chantés et de leur partition où les paroles figurent en transcription.

2Septfonds (pp. 71 à 130) laisse quant à lui la parole à des conteurs pashtounes : reprenant deux de ces contes, il en donne, pour illustrer la « mouvance des textes », différentes versions orales enregistrées en Afghanistan. A travers une analyse de type à la fois AT et Cl. Brémond (logique des possibles narratifs), mettant en évidence la différence de leur structure respective, il exemplifie avec l’un (la catégorie des « truands ») ce qu’est un conte « en chaîne », avec l’autre (la catégorie des « filles d’ogresse ») ce qu’est un conte merveilleux proprement dit, opposé à la chaîne – toutes les définitions nécessaires ayant été données antérieurement.

3Malgré l’aspect quelque peu déroutant de ce petit ouvrage illustré de dessins naïfs, et bien que D. Septfonds ait pris soin de fournir les clefs d’un vocabulaire technique incontournable de manière à se faire entendre d’un large public, il ne fait pas de doute que ce livre s’adresse à un lecteur déjà bien averti et qu’il devrait retenir l’attention des spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. N. Manalaï et D. Septfonds, « Tresses et labyrinthe, Contes pachto, suivi de : Septfonds, D. Truands et filles d’ogresse. Paris, Centre d’Etudes et de Recherches Documentaires sur l’Afghanistan, 2001, 130 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 312, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34868

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page