Navigation – Plan du site
327
Nāṣer Fakūhī

Ḫošūnat-e siyāsī : naẓariyye-hā, mabāḥeṯ, aškāl va rāhkār-hā. Tehrān, Našr-e Qaṭre, 1378/1999, 287 p., index.

Compte-rendu réalisé par Morteza Kotobi

Entrées d’index

Rubriques :

13.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Une introduction de l6 pages sur la violence en général dans le monde et sur son concept même, pour conduire le lecteur vers ce qu’est la violence politique, donne le ton que l’auteur s’offre comme tâche dans ce travail intéressant. La place de l’Iran dans cette introduction et les spécificités multiples de ce pays pour avoir toujours été la scène privilégiée de jeux de violence annoncent l’intérêt particulier du livre pour le lecteur d’Abs. Ir. et le sympathisant de l’Iran.

2Le livre se compose de 5 chapitres inégaux selon l’attrait et la nature de chacun d’eux : le chapitre I (52 p.) est consacré au développement du concept même de la violence politique et fondé sur une documentation théorique et empirique depuis la pensée de Platon jusqu’à celle de Mao Tsé Toung, en passant par l’Islam, le Moyen âge, le marxisme et divers révolutions et événements. Ce chapitre dessine bien la trame historique de l’œuvre et aussi prépare bien le lecteur à suivre avec intérêt le rôle joué par la violence, cette donnée permanente dans l’exercice du pouvoir et du contre-pouvoir à travers les siècles.

3Dans le chapitre II (28 p.) sont présentées différentes dimensions biologique, psychologique, sociologique, culturelle, technologique, économique et médiatique du phénomène.

4Le chapitre III (76 p.) est réservé aux formes sous lesquelles la violence politique s’exerce par le États les plus autoritaires jusqu’aux États les plus démocratiques, dans des sociétés les plus domestiquées jusqu’aux sociétés les plus libérales. Bien entendu, les moyens utilisés à cette fin, depuis les plus individuels (prison, torture, peine de mort), jusqu’aux plus collectifs (coup d’État, occupation, guerre et génocide) sont évoqués et dénoncés dans ce même chapitre.

5Avec le chapitre IV (52 p.) le livre débouche – à la suite d’un long exposé très exhaustif, présenté tout au long des chapitres précédents autour du « concept » – sur l’Iran et son histoire millénaire, chargée de violences de toutes sortes, depuis la période pré-achéménide jusqu’à la Révolution islamique, dynastie après dynastie, résistance après résistance, guerre après guerre... Les États centralisés, la marche vers la modernité, l’existence d’ethnies variées, la situation toujours géopolitique, les révolutions et guerres enfin, ont fait que l’Iran est particulièrement exposé aux diverses formes de violence politique aussi bien internes qu’externes.

6L’intérêt fort grand que présente ce chapitre du livre pour une meilleure compréhension de l’Iran contemporain aide tout chercheur à affiner son analyse de la situation socio-historique de cette contrée et à fonder toute théorie du pouvoir en Iran, si elle devait un jour s’établir sur des données plus sûres.

7Le dernier chapitre (12 p.) est consacré aux mécanismes sociaux, politiques et économiques de lutte contre la violence dans le monde d’abord, dans les pays en voie de « développement » ensuite et notamment en Iran enfin.

8Une trop rapide conclusion met le point final à ce patient travail, bien documenté, bien réfléchi et bien présenté. Chaque chapitre possède, à la fin de l’ouvrage, une bibliographie propre. De plus, une table des noms et notions rend facile l’accès au livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morteza Kotobi. Nāṣer Fakūhī, « Ḫošūnat-e siyāsī : naẓariyye-hā, mabāḥeṯ, aškāl va rāhkār-hā. Tehrān, Našr-e Qaṭre, 1378/1999, 287 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 327, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34898

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page