Navigation – Plan du site
328
Nāṣer Fakūhī

Osṭūre-šenāsī-ye siyāsī (honar-osṭūre-qodrat). Tehrān, éd. Ferdows, 1378/1999, 432 p., index.

Compte-rendu réalisé par Morteza Kotobi

Entrées d’index

Rubriques :

13.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Le livre n’est pas écrit spécialement sur l’Iran, mais comme le sous-titre l’indique, il porte sur l’art, le mythe et le pouvoir dans le cadre général de la mythologie politique. Néanmoins, l’Iran occupe une place privilégiée dans la deuxième moitié du travail : « La mythologie politique et l’art ». « Le Fascisme et l’art » étant réservés à la première moitié.

2Deux sujets très révélateurs dans la mythologie iranienne sont évoqués avec force : l’architecture et le Nowrūz (Nouvel an).

3L’auteur démontre savamment dans le premier sujet comment la tradition iranienne en matière d’architecture est à trouver, comme dans tout le pays, dans les pages de sa vieille histoire : en constantes péripéties, ses continuités et discontinuités, ses échecs et ses victoires, ses rejets ou adoptions des méthodes, des formes et des idées étrangères, ses capacités à digérer même ces corps venus de l’extérieur.

4Il montre également comment la nature austère et le climat peu favorable de cette contrée ont progressivement engendré un repli sur elle-même et maintenu en même temps un regard toujours méfiant vis-à-vis de l’autre. L’art iranien et notamment son architecture sont l’exemple par excellence de cette double attitude.

5Les tendances traditionalistes et modernistes en matière de construction, depuis plus d’un siècle, fournissent à l’auteur l’occasion d’expliquer l’évolution dynastique, culturelle, religieuse de son pays à partir des formes géométriques les plus constantes (cercle, carré, dôme, etc. ...) jusqu’aux formes les plus saugrenues des Pahlavi, aveuglément imitées et non fonctionnelles : une modernité sans identité.

6Le deuxième sujet concerne la mythologie politique de Nowrūz. Des thèmes tels que le temps, l’espace, le calendrier, les saisons, les rites de passage, le pouvoir, le spectacle, voire la lune et le soleil et combien d’autres encore se cristallisent dans cette fête qui se veut nationale, religieuse, bref identitaire que nul ne peut menacer.

7Selon l’anthropologue Fakūhī, le mythe politique est donc à la recherche de mécanismes mentaux des règnes politiques, et n’est qu’un continuum dans l’histoire de l’humanité. L’émergence des formes artistique, technologique, mythologique en rapport permanent avec les formes biologiques d’une part et les formes politiques de l’autre, justifie cette continuité.

8Les deux parties du livre sont suivies chacune d’une sérieuse bibliographie et surtout dotées de notes de l’auteur riches d’enseignement. Un index des noms clôt l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morteza Kotobi. Nāṣer Fakūhī, « Osṭūre-šenāsī-ye siyāsī (honar-osṭūre-qodrat). Tehrān, éd. Ferdows, 1378/1999, 432 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 328, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34899

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page