Navigation – Plan du site
333
Amir Nikpey

Politique et religion en Iran contemporain. Naissance d’une institution. Paris, L’Harmattan, 2001, 250 p., bibliographie.

Compte-rendu réalisé par Azadeh Kian-Thiébaut

Entrées d’index

Rubriques :

13.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat soutenue à Paris, cet ouvrage remarquable analyse l’émergence de la religiosité séculière en Iran des années soixante et soixante-dix et les rapports entre modernité et religion. Amir Nikpey brosse le portrait de la genèse de l’islamisme en Iran depuis le 19e s. jusqu’à la révolution et démontre que l’imbrication de la religion avec la réalité a produit la pluralité des islams dans le sens idéologique. Selon les rapports entre les principes religieux et la modernité, les réformistes religieux se polarisent en deux courants principaux : la religiosité politico-idéologique (islamiste) et la religiosité politico-idéologique moderne (p. 10). Ce qui les distingue de l’intégrisme perçu comme un repli sur soi. Le réformisme religieux désacralise l’islam traditionnel et institutionnel modifiant par là le comportement religieux (p. 11). L’auteur tente de rendre compte de l’impact que les diverses formes de religiosité idéologico-politiques ont pu avoir sur la société iranienne. Il en conclut que la référence islamique reste relativement importante dans les différentes couches sociales mais qu’on se dirige vers un islam qui se réduit comme système de légitimité (p. 239). Dans la religiosité séculière idéologisée des années soixante, l’islam sert de référent à l’action sociale, mais le politique et le religieux fusionnent. Chez ces intellectuels religieux modernes le retour à l’âge d’or de l’islam est absent. L’auteur consacre une partie importante de son ouvrage à ʽAli Shariʽati, « intellectuel anti-conformiste » qu’il distingue de la tendance islamiste-cléricaliste, des courants modernistes et de la tendance intégriste de par sa référence aux sources irano-islamiques aussi bien qu’à la pensée moderne. « Shariʽati opère un retour critique à la tradition et ne renonce pas à tous les aspects de la modernité occidentale » (p. 101). Dans l’idéologie séculière de Shariʽati, la culture occupe une place primordiale car aucune transformation de la société ne peut se réaliser sans un changement préalable dans les consciences individuelles et collectives. Selon Shariʽati les structures sociales, économiques et politiques reposent sur la structure mentale et sur la vision du monde. C’est la raison pour laquelle il pose le problème des rapports entre identité, modernité et développement. L’idéal de Shariʽati était une société idéologiquement unie. Ce qui l’expose à des critiques des intellectuels modernistes de l’ère post-révolutionnaire comme ʽAbdolkarīm Soroush.

2Très bien documenté, l’ouvrage apporte un éclairage nouveau aux débats actuellement en cours dans le monde musulman sur l’islam et la réforme religieuse. Il montre qu’en Iran l’idéologisation de l’islam a conduit à une sécularisation sociale et intellectuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azadeh Kian-Thiébaut. Amir Nikpey, « Politique et religion en Iran contemporain. Naissance d’une institution. Paris, L’Harmattan, 2001, 250 p., bibliographie. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 333, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34906

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page