Navigation – Plan du site
366
Ma‘ruf Isomatov

Asht (Ocherki ta‘rikhī-etnografī). Douchanbeh, Sharqi ozod, 2001, 128 p. [Acht (Une étude d’ethnographie historique)]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Rubriques :

16.3. Asie centrale
Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce que l’ethnographie historique ? La dénomination amphigourique d’une discipline beaucoup pratiquée pendant toute la période soviétique et que l’on désignait alors, plus simplement, par le terme russe de kraevedenie (tadj. kishvashinosî, que l’on peut traduire par : « études locales ») et qui tenait à la fois de la collecte de traditions, de la géographie historique, de l’histoire locale et régionale, et de l’ethnographie telle qu’on la pratiquait en URSS – où la principale préoccupation de cette discipline consistait, rappelons-le, à identifier les populations allogènes pour retracer leurs « ethnogénèses » respectives. Depuis une décennie, ces « études locales » ont été soumises à de profonds bouleversements (de leur cadre institutionnel et de la commande publique, en particulier), qui ne sont pas restés sans influence sur leur contenu, même si l’on peut aussi constater de frappantes continuités conceptuelles avec certains modes de pensée hérités de la période soviétique. Le présent ouvrage consacré à la ville d’Acht, dans la région de Soghd, au nord du Tadjikistan, en offre une intéressante illustration.

2En effet, ce texte assez touffu écrit d’une seule traite, sans subdivisions en chapitre et encore moins de table des matières, commence par offrir un récit de l’histoire de la cité des origines au début de la période soviétique, basé sur des publications académiques récentes dûment signalées par des notes de bas de page. En conformité avec l’histoire locale telle qu’elle se pratique au Tadjikistan depuis la fin de la période soviétique, l’étude se poursuit avec une évocation des milieux lettrés et savants, ainsi que des madrasas de la ville au 19e s., à travers des anthologies littéraires ou quelques dîwân de poètes locaux, publiés le plus souvent au cours des trente ou quarante dernières années. (Voir en particulier, de Mullâ Ma‘dan Punghazî, un chef de communauté locale particulièrement vénéré pour ses entremises pleines de succès auprès du khan de Kokand ‘Umar Khân : Ash‘ori muntakhab, éd. D. Ahmadov, Douchanbe, Irfon, 1966 ; Fayzi osor, Douchanbeh, Donish, 1993). Suivent de nombreux paragraphes sur la géographie historique d’Acht, de ses quartiers et de ses nombreux satellites ruraux, nourris à la fois de légendes locales et des données de l’histoire et de l’archéologie modernes : sur l’économie de ces diverses localités au 19e s. et au début du 20e ; sur la présence de cercles littéraires, de sanctuaires islamiques, d’institutions d’en-seignement traditionnelles qui ont continué à fonctionner pendant la période soviétique, la mémoire des événements de l’histoire du 20e s. (en particulier des soulèvements de la fin de la période tsariste). L’ouvrage se termine sur de brèves notices biographiques des notables locaux de la période soviétique : manière d’assurer une continuité de la conscience communautaire au-delà des bouleversements de l’histoire contemporaine ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Ma‘ruf Isomatov, « Asht (Ocherki ta‘rikhī-etnografī). Douchanbeh, Sharqi ozod, 2001, 128 p. [Acht (Une étude d’ethnographie historique)] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 366, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34998

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page