Navigation – Plan du site
21
Almuth Degener

« The Nuristani languages », in : N. Sims-Williams, ed., Indo-Iranian languages and peoples. Oxford, OUP, 2003, pp. 103-117.

Compte-rendu réalisé par Vincent Hachard

Texte intégral

1Si les langues dardes appartiennent à coup sûr au groupe indo-aryen, la position des langues nouristanies est, elle, plus incertaine. Trois hypothèses s’affrontent : elles forment un groupe indo-iranien autonome, entre indo-aryen et irano-aryen (Morgenstierne) ; elle appartiennent au groupe indo-aryen (Turner, Fussman, Buddruss) ; elles appartiennent au groupe irano-aryen (Konow, Mayrhofer, Nelson). Les critères utilisés relèvent de la phonétique historique (évolution des laryngales, du *s, des groupes d’occlusives et des séries vélaires/palatales indo-européennes) et du lexique. Un réexamen de ces éléments, auquel s’ajoutent des arguments ethnographiques, conduit l’A. à soutenir une position proche de celle des « indo-aryanisants » : tout en ayant été en contact étroit avec le proto-iranien, le proto-nuristani se serait bien détaché à époque ancienne du proto-indien, avec lequel il partage de nombreux traits, avant d’être à nouveau influencé par l’irano-aryen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Hachard. Almuth Degener, « « The Nuristani languages », in : N. Sims-Williams, ed., Indo-Iranian languages and peoples. Oxford, OUP, 2003, pp. 103-117. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 21, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/3511

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page