Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 231. Bibliographie, Recueils d’arti...1.2. Recueils d’articles : revues...Miracle et Karâma. Hagiographies ...

12
Denise Aigle

Miracle et Karâma. Hagiographies médiévales comparées, 2. Sous la dir. de Denise Aigle, Paris-Turnhout, Brepols, 2000, 690 p., biblio., index. [Bibliothèque de l’EPHE, section des sciences religieuses, vol. 109]

Compte-rendu réalisé par Ève Feuillebois-Piérunek

Texte intégral

1Contient :

2Introduction : Denise Aigle et Catherine Mayeur-Jaouen : « Miracle et karâma. Une approche comparatiste ».

3Le miracle comme catégorie : 1. André Vauchez : « Le miracle dans la chrétienté occidentale au Moyen-Âge entre vie sociale et expérience religieuse » ; 2. Sofia Boesch Gajano : « Expériences, témoignages, récits. Le miracle entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen-Âge » ; 3. Marc Van Uytfanghe : « Pertinence et statut du miracle dans l’hagiographie mérovingienne (600-750) » ; 4. Vincent Déroche : « Tensions et contradictions dans les recueils de miracles de la première époque byzantine » ; 5. Michel Kaplan : « Le miracle est-il nécessaire au saint byzantin ? » ; 6. Michel Sot : « Le miracle et le temps de l’histoire (haut Moyen-Âge occidental) » ; 7. Marie Anne Polo de Beaulieu : « L’inscription du miracle dans le corps du saint : le cœur inscrit d’Ignace d’Antioche à Claire de Montefalco » ; 8. Denis Gril : « Les fondements scriptuaires du miracle en islam » ; 9. Mohammad Ali Amir-Moezzi : « Savoir, c’est pouvoir. Exégèse et implications du miracle dans l’imamisme ancien » ; 10. Berndt Radtke : « al-Hakîm al-Tirmidhî on miracles » ; 11. Eric Geoffroy : « Attitudes contrastées des mystiques musulmans face au miracle ».

4Miracle et société : 1. Brigitte Voile : « Les miracles des saints dans la seconde partie de l’Histoire des Patriarches d’Alexandrie. Historiographie ou hagiographie ? » ; 2. Marie-France Auzépy : « Miracle et économie à Byzance (VIe-IXe s.) » ; 3. Elisabeth Antoine : « Images de miracles. Le témoignage des ex-voto peints en Italie centrale (XIVe-XVIe s.) » ; 4. Jürgen Paul : « Faire naufrage » ; 5. Michel Balivet : « Miracles christiques et islamisation en chrétienté seldjoukide et ottomane entre le XIe et XVe s. » ; 6. Thierry Zarcone : « Le brame du saint. De la prouesse du chamane au miracle du soufi » ; 7. Nathalie Clayer : « Les miracles des cheikhs et leurs fonctions dans les espaces frontières de la Roumélie du XVIe s. » ; 8. Devin DeWeese : « Dog Saints and Dog Shrines in Kubravî tradition. Notes on an Hagiographical Motif of Khwârazm ».

5Typologie du miracle : 1. Philippe Gignoux : « Une typologie des miracles des saints et des martyrs perses dans l’Iran sassanide » ; 2. Jean-Marie Sansterre : « Remarques sur les miracles de saints récents dans l’hagiographie du Mont-Cassin et celle du monastère grec de Grottaferrata au XIe s. » ; 3. Pierre-André Sigal : « La typologie des miracles dans la littérature hagiographique occidentale (XIIe-XVe s.) » ; 4. Christian Krötzl : « Miracles au tombeau - miracles à distance : approches typologiques » ; 5. Catherine Mayeur-Jaouen : « Miracles des saints musulmans et règne animal » ; 6. Michel Chodkiewicz : « La “somme des miracles des saints” de Yûsuf Nabhânî ».

6L’ouvrage rassemble les contributions présentées au colloque international « Les saints et leurs miracles à travers l’hagiographie chrétienne et islamique, IVe-XVe siècles », tenu en 1995 à Ivry-sur-Seine.

7S’il existe des convergences entre hagiographies chrétienne et islamique, il faut cependant souligner les différences entre les champs lexicaux des termes « miracle » et « karāma » : le miracle évoque, dans le monde occidental, le merveilleux et le surnaturel et apparaît comme signe de l’intervention divine dans le monde visible ; la karāma, en islam, est une propriété du saint, un don dû à la générosité divine plus qu’une action véritable ou un pouvoir agissant, et elle se distingue de la mu‘jiza, miracle prophétique, signe inimitable. La littérature hagiographique islamique, née de l’expansion du soufisme, se décline en deux grandes catégories : les collections de vies de saints (ṭabaqāt) et les vies consacrées à un seul saint (manāqib).

8Le modèle de saint proposé aux premiers siècles de l’islam n’est pas celui du thaumaturge, mais celui du musulman engagé dans une vie religieuse en conformité avec la Charia. Une ambiguïté plane sur la doctrine soufie du miracle : souvent déprécié ou considéré avec suspicion, celui-ci est cependant lié à la sainteté et guide le saint sur les pas des prophètes. Le saint est l’agent du miracle avec la permission de Dieu et possède une fonction d’intercesseur. Le rapport au corps est différent dans le christianisme et dans l’islam : en islam, la vénération du tombeau comme lieu de présence bienfaisante (baraka) du saint remplace celle portée aux reliques dans le christianisme.

9Les typologies des miracles des auteurs musulmans restent assez sommaires en comparaison avec celles établies par les chrétiens, et elles ne distinguent quasiment pas entre miracles in vita et post mortem.

10Une contribution importante à l’histoire des mentalités et à l’étude comparée des religions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek. Denise Aigle, « Miracle et Karâma. Hagiographies médiévales comparées, 2. Sous la dir. de Denise Aigle, Paris-Turnhout, Brepols, 2000, 690 p., biblio., index. [Bibliothèque de l’EPHE, section des sciences religieuses, vol. 109] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 12, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.35113

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search