Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 233. Histoire, Art et Archéologie, ...3.1. Est de l’IranDvorec Ixšidov Sogda na Afrasiabe...

46
X. G. Axun-Babaev

Dvorec Ixšidov Sogda na Afrasiabe. Samarcande, Institut international d’études sur l’Asie centrale, 1999, 111 p. + 73 dess. + 47 pl. [Le palais des Ikhshid de Sogdiane à Afrasiab]

Compte-rendu réalisé par Étienne de La Vaissière

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume résume la thèse de l’auteur sur les fouilles de 1978 à 1985 d’un quartier aristocratique à Afrasiab, sans la mettre à jour. L’ensemble est sommaire puisqu’une partie de cet ouvrage relativement court est consacrée à la reprise de plusieurs des articles de l’A. (voir Abs. Ir. 10, n° 173, 11, n° 184, 14, n° 247). Le volume est abondamment illustré et des annexes donnent la liste des trouvailles, notamment monétaires. Se succèderaient sur le site deux états, le premier correspondant selon l’A. au palais des Ikhshid, c’est-à-dire des rois de Sogdiane, qui aurait été abandonné vers 675 et remplacé à la fin du 7e s. par un quartier aristocratique. Les arguments essentiels en faveur de l’interprétation tiennent d’une part à la présence sur les murs d’une des salles de la fameuse grande peinture d’Afrasiab, qui men­tionne le roi de Samarcande Varkhumān, et d’autre part à l’existence de communications internes entre les salles qui montrent qu’il s’agit d’un seul bâtiment. Pour le reste, l’archi­tecture ne permet guère d’y voir à proprement parler un palais royal, mais plutôt une fort riche demeure aristocratique, et les maisons nobles qui lui succèdent en reprennent partielle­ment le plan, bouchant simplement en partie les communications internes. B. Marshak (voir Abs. Ir. 17-19, n° 169) qui souligne la relative modestie de l’ensemble, veut voir cependant dans le bâtiment la résidence familiale de Varkhumān, par opposition à sa résidence officielle. Mais rien n’impose non plus cette interprétation : il faut renoncer sans doute à tout lien avec le roi, si ce n’est chronologiquement, et privilégier l’idée de la résidence d’un grand noble, voire d’un fonctionnaire. L’interprétation du site n’est pas sans conséquence sur celle de la peinture, dans laquelle on peut voir une célébration de la politique de Varkhumān, s’il s’agit de son palais, ou le thème plus universel des rois du monde, attesté par les textes chinois en Sogdiane, s’il s’agit d’un ensemble de maisons nobles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne de La Vaissière. X. G. Axun-Babaev, « Dvorec Ixšidov Sogda na Afrasiabe. Samarcande, Institut international d’études sur l’Asie centrale, 1999, 111 p. + 73 dess. + 47 pl. [Le palais des Ikhshid de Sogdiane à Afrasiab] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 46, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35216 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.35216

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search