Navigation – Plan du site
48
M. I. Isamiddinov et M. I. Xasanov

Istorija drevnego i srednevekovogo keramičeskogo proizvodstva Naxšaba. Taškent, Institut Arxeologii AN Respubliki Uzbekistan / Izd. narodnogo nasledija im. A. Kadyri, 2000, 199 p., 36 pl. dessins + 20 photos dans le texte. [Histoire de la production céramique antique et médiévale du Nakhshâb]

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1La vallée du Nakhshâb, ou Kashka-darya, partie sud-occidentale de la Sogdiane antique, a fourni des matériaux très abondants pour l’étude de l’évolution longue des productions céramiques : fouille complète du quartier des potiers de la ville d’Erkurgan (pour les six premiers siècles de n.è.), fouilles partielles d’installations de potiers sur toute une gamme de sites s’échelonnant depuis l’Âge du Fer ancien (12e-8e s. av. n.è., dates peut-être à remonter) jusqu’à l’Islam pré-mongol. Les auteurs, qui ont participé en première ligne à ces fouilles, nous donnent ici un ouvrage profondément novateur, dans lequel l’analyse typologique et technique débouche sur une véritable enquête sociale (étude des habitats des potiers, de leurs croyances – ils produisaient aussi des figurines –, hypothèses sur leurs circuits commerciaux). De nombreux tableaux récapitulent toute l’évolution régionale de cette production qui, partie d’une céramique modelée et peinte analogue à celle des régions nord-orientales de l’Asie centrale (jusqu’au Xinjiang), affirme ensuite son originalité à Erkurgan avec une production de grande qualité que les auteurs pensent avoir été contrôlée par les autorités urbaines. Une certaine uniformisation avec la céramique de la vallée du Zarafshân n’apparaît qu’au 7e s., et à l’époque samanide la céramique à glaçure n’offre plus de différen­ces avec celle produite par les autres centres de l’Iran oriental.

2Le chapitre final déborde le cadre micro-régional de l’étude, offrant en particulier une synthèse suggestive sur les périodes pré-grecques en Sogdiane, où sont pris en compte les derniers résultats des fouilles d’Afrasiab et de Koktepa (mais pas d’Uzunkyr et Sangyr-tepa dans l’oasis de Shahr-i Sabz, sur lesquels M. Xasanov travaille depuis peu avec une mission de l’Université de Berkeley et dont on peut beaucoup attendre pour la connaissance des hautes périodes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. M. I. Isamiddinov et M. I. Xasanov, « Istorija drevnego i srednevekovogo keramičeskogo proizvodstva Naxšaba. Taškent, Institut Arxeologii AN Respubliki Uzbekistan / Izd. narodnogo nasledija im. A. Kadyri, 2000, 199 p., 36 pl. dessins + 20 photos dans le texte. [Histoire de la production céramique antique et médiévale du Nakhshâb] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 48, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35220

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page