Navigation – Plan du site
108
‘Alī Akbar Baḫtiyārī

Sīrjān dar ā’īne-ye zamān. Kirmān, 1378/1999, 450 p.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Rubriques :

4.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1L’auteur de cette histoire de Sīrjān est lui-même originaire de cette ville. On peut tout à fait rattacher cette étude au genre, très spécifique depuis les premiers siècles de l’islam, des faḍā’il qui visent à vanter les mérites d’une ville ou d’une région.

2Pour rédiger cette histoire « du Sīrjān », l’auteur s’appuie sur un grand nombre de sources primaires (géographiques, historiques, littéraires), de sources secondaires, ainsi que sur des témoignages oraux et ses propres observations. On trouvera (pp. 443-449) la liste des sources écrites. Il faut remarquer cependant que la plupart des sources arabes ont été consultées dans leur traduction persane et que, malheureusement, l’auteur n’a pas fait la distinction entre sources primaires et sources secondaires.

3L’ouvrage comporte douze chapitres et trois index mais tous les chapitres ne présentent pas le même intérêt. Les chapitres historiques : Sīrjān avant l’islam (pp. 25-56) et Sīrjān après l’islam, des Saffarides aux Qaraqoyunlu (pp. 57-110) sont très peu développés. L’his­toire des Seldjoukides occupe une page, celle des Muzaffarides est un peu plus consistante mais s’appuie essentiellement sur une source tardive pour la période traitée, le Ḥabīb al-siyar de Mīrḫwānd. Le chapitre cinq (pp. 125-207) est consacré aux « buzurgān, dānišmandān va šu‘arā’ » de la ville. On y trouve des notices biographiques plus ou moins longues sur les personnages importants ainsi que la reproduction de quelques documents (lettres ou mon­naies). Le chapitre six (pp. 209-217) retrace l’histoire de quelques madrasa-s ; il est dom­mage que l’auteur n’évoque que des bâtiments fondés après 1300/1921 et qu’il n’ait pas menée la recherche sur les madrasa-s de l’époque médiévale. Le chapitre sept, rédigé à partir de sources de seconde main, concerne les tribus (īl) de Sīrjān. Les derniers chapitres du livre sont, sans aucun doute, les plus intéressants et les plus originaux. Le chapitre huit décrit les pratiques et les coutumes en matière de bétail (gal[l]edārī ) ; le chapitre neuf rassemble les coutumes du mariage et le chapitre dix les croyances de la population (eau, miroir, raisin, etc.). Le chapitre douze est également fort intéressant dans le sens où l’auteur a collecté tous les proverbes et les quatrains recueillis auprès de la population de la ville ou repérés dans les textes. Autre intérêt de ce livre, un index (pp. 397-416) de la langue et des expressions de Sīrjān (luġāt va iṣṭilāāt). Chaque mot est accompagné de sa transcription phonétique.

4Pour conclure, malgré quelques faiblesses historiques, cet ouvrage rendra de grands services à ceux qui s’intéressent à la langue, aux coutumes de Sīrjān. Il rend compte égale­ment du rôle important de cette ville sur une longue durée historique, fondé en grande partie sur sa position géographique stratégique dans les rivalités qui ont opposé les souverains du Fārs et du Kirmān.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. ‘Alī Akbar Baḫtiyārī, « Sīrjān dar ā’īne-ye zamān. Kirmān, 1378/1999, 450 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 108, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35327

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page