Navigation – Plan du site
116
Reuven Amitai-Preiss

« Mongol Imperial Ideologie and the Ilkhanid War against the Mamluks », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy. Leyde, Brill, 1999, pp. 57-72.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La guerre entre Mamelouks et Ilkhans commença en 1260 à ‘Ayn Jālūt lorsque Baybars, qui était alors au service du sultan ayyoubide Qutuz, repoussa les troupes mongoles de Hülegü. Les hostilités entre ces deux puissances rivales, qui durèrent jusque dans la deuxième décade du 14e s., furent marquées par plusieurs invasions de la Syrie, des raids et des expéditions des deux côtés, la mise en place de réseaux d’espionnage, des manœuvres diplomatiques et des efforts, de part et d’autre, de propagande idéologique. Dans cet article, l’auteur s’interroge sur le rôle d’un motif, bien attesté dans toutes les sources arabes et pro-ilkhanides même après la conversion des Ilkhans à l’islam, qui est la croyance en un mandat céleste de conquérir le monde et de le placer sous le contrôle des descendants de Gengis Khan.

2Les Mongols d’Iran avaient des visées sur la Syrie mais, comme le fait remarquer l’auteur, les motivations des souverains ilkhanides ont pu changer au cours des soixante années de guerre, notamment après leur conversion à l’islam. Cependant, paradoxalement, les tentatives de domination de la Syrie et, à terme, de l’Egypte, ont été plus nombreuses sous le règne du Ġāzān Ḫān (en 1299, 1300, 1303) et de Öljeitü (1312) que sous celui de Hülegü (1260) et d’Abaqa (1281). Lorsque les Ilkhans ont occupé temporairement la Syrie, en 1260 et en 1299, ils ont posé les bases d’un rudiment de système administratif qui indique un plan, à long terme, d’incorporer la Syrie dans leur empire.

3L’auteur, dans un premier temps, expose les hypothèses avancées par les chercheurs pour expliquer les tentatives de conquête de la Syrie par les Ilkhans : posséder un débouché sur la mer, se venger des déprédations causées par les Mamelouks à la frontière, obtenir du butin pour faire fonctionner leur Etat, garder les tribus mongoles actives, affaiblir l’ennemi mamelouk qui assurait, de facto, le leadership sur le monde musulman, grâce à la restauration du califat au Caire (pp. 60-61). Sans rejeter en bloc tous ces motifs, l’auteur est convaincu que les Ilkhans ont continué à se servir de l’idéologie impériale mongole. Il fonde son argumentation sur l’analyse des lettres envoyées par ces derniers aux sultans mamelouks et dont on trouve des copies dans les sources historiques mameloukes. En s’appuyant sur le témoignage d’historiens arabes et persans, R. Amitai-Preiss affirme qu’après sa conversion à l’islam Ġāzān Ḫān était resté fidèle à l’idéologie mongole : il continue d’adhérer au yasa (Ṣafadī au milieu du 14e s.), il récite, devant les notables de Damas en 1300, sa généalogie jusqu’à Gengis Khan comme source de son autorité (Ra·īd al-Dīn).

4Cet article, richement documenté, fait suite à un ouvrage publié par le même auteur : Mongols and Mamluks. The Mamluk-Ilkhanid War, 1260-1281, Cambridge University Press, 1995, 272 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Reuven Amitai-Preiss, « « Mongol Imperial Ideologie and the Ilkhanid War against the Mamluks », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy. Leyde, Brill, 1999, pp. 57-72. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 116, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35342

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page