Navigation – Plan du site
126
Robert G. Irwin

« What the Partridge Told the Eagle: A Neglected Arabic source on Chinggis Khan and the Early History of the Mongols », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy, Leiden, Brill, 1999, pp. 5-11.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet article traite du yasa, le code de loi mongol qui, selon certaines sources médiévales, aurait été promulgué par Gengis Khan au quriltai de 1206, au moment où il fonda l’empire. Cette vision a été reprise, et même accentuée, au 19e s. par Petis de la Croix dans son Histoire du grand Genghizcan, bien qu’aucune preuve ne vienne infirmer cette reconstruction a posteriori. Les recherches de Petis de la Croix ont conditionné les études ultérieures sur le yasa [voir V. A. Riasanovsky, « Fondamental principles of Mongol law », 1937 ; Poliak, « The influence of Chingiz-Khān’s Yāsa upon the General Organisation of the Mamlūk State », BSOAS, X/4 (1942), pp. 862-876]. D. Ayalon [« The Great Yāsa of Chingiz Khān, A Re-examination », Studia Islamica, 33 (1971), pp. 97-140 (part A)] et D. Morgan [« The ‘Great Yāsā of Chingiz Khān’ and Mongol Law in the Īlkhānate », BSOAS, 49, 1 (1986), pp. 163-176] ont infléchi cette présentation du yasa en montrant que dans les textes les plus susceptibles de contenir des informations fiables sur ce « code de loi » on ne trouve aucune preuve allant dans le sens de Petis de la Croix. Il est vraisemblable, en revanche, que pour les historiens mamelouks, Maqrīzī en particulier, les « pratiques et coutumes » des Mongols sont apparues, à l’image de la loi islamique, comme une législation contraire à cette dernière. Dans cet article, l’auteur analyse un texte d’Ibn ‘Arabšāh, le Fākihat al-Ḫulafā’ wa mufākahāt al-ẓurafā’, qui apporte quelques éléments nouveaux sur la perception du yasa dans la seconde moitié du 15e s.

2On sait qu’Aḥmad b. Muḥammad Ibn ‘Arabšāh est né à Damas en 1392 et qu’il fut emmené en captivité par Tamerlan en 1401. Il a donc grandi et étudié à Samarquand puis il a voyagé dans tout l’Orient, collectant, vraisemblablement, des traditions orales sur le monde turco-mongol. Il connaissait, outre l’arabe, le persan, le turc et le mongol. Après de multiples périples, il revint dans les terres mameloukes en 1422 où il se mit à rédiger son célèbre témoignage sur la carrière de Tamerlan, le ‘Ajā’ib al-maqdūr fī aḫbār Tīmūr. Le Fākihat al-Ḫulafā’ est une adaptation du Marzbān-nāma de Sa‘d al-Dīn Warāwīnī, une collection de fables animales du 13e s. en persan. Comme Kalīla wa Dīmna, le Fākihat al-Ḫulafā’ s’inscrit dans le genre « miroir des princes ».

3Dans le dixième et dernier chapitre de l’ouvrage, Ibn ‘Arabšāh traite de Gengis Khan et de l’histoire des Mongols sous la forme d’un long discours adressé par un perdreau (le courtisan) à un aigle (le roi). Le perdreau, parlant au nom de Gengis Khan, compare la conduite des Mongols de la steppe à celle des Arabes de la Jāhilīya. La partie la plus intéressante concerne des lois et des coutumes mongoles qui ne figurent pas dans Juvaynī ni dans les sources arabes (‘Umarī et Maqrīzī par exemple). Ibn ‘Arabšāh a eu vraisemblable­ment accès à Juvaynī directement ainsi qu’à d’autres sources, notamment orales mais son récit est polémique en ce qui concerne l’application du yasa : son but n’est pas de donner une description systématique des pratiques légales ou coutumières mongoles mais de pointer en quoi elles sont différentes de la šarī‘a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Robert G. Irwin, « « What the Partridge Told the Eagle: A Neglected Arabic source on Chinggis Khan and the Early History of the Mongols », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy, Leiden, Brill, 1999, pp. 5-11. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 126, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35367

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page