Navigation – Plan du site
127
Peter Jackson

« From Ulus to Khanate: The Making of the Mongol States, c. 1220-c. 1290 », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy. Leiden, Brill, 1999, pp. 12-38.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Selon le témoignage de Juvaynī « l’autorité revenait nominalement au qa’an mais, en réalité, tous les enfants, descendants et oncles partageaient la royauté et la propriété du territoire avec lui ». Gengis Khan a donné à chacun de ses fils, nés de sa femme principale, un territoire dans la zone steppique d’Asie Intérieure. Ces « apanages » ou « domaines » sont appelés ulus dans les sources et doivent être distingués du qol-un ulus ou « ulus du centre » dans lequel le qa’an lui-même était maître et qui, dans ce cas, n’était pas un ulus mais un « domaine royal ».

2Dans la seconde moitié du 13e s., l’empire se désintégra en plusieurs états antagonistes. En effet, la création d’un ulus pour chaque fils de Gengis Khan avait divisé l’empire. L’Histoire secrète des Mongols, qui mentionne ces événements dès 1235, distingue les « prince en charge d’un domaine » qui gouvernent un ulus (ulus mendekün kö’öl) de ceux qui ne le sont pas. P. Jackson donne plusieurs exemples qui illustrent la manière imprécise dont le terme ulus est utilisé dans les sources persanes (pp. 16-17). Dans l’Histoire secrète, la plus ancienne référence à la dotation de propriété (injü) à la famille de Gengis Khan date de 1206. Ces dotations n’étaient pas, au sens strict du terme, territoriales. En effet, les besoins de ces sociétés pastorales nécessitaient l’allocation aux princes, princesses et noyad de terres de pâturages pour les différentes saisons de l’année. En conclusion, l’auteur qui s’est appuyé pour cette recherche sur un large éventail de sources explique que la notion d’ulus était quelque chose de plus complexe que ce qui a été généralement supposé et que, par ailleurs, il existait un plus grand nombre d’apanages que nous ne le supposions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Peter Jackson, « « From Ulus to Khanate: The Making of the Mongol States, c. 1220-c. 1290 », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy. Leiden, Brill, 1999, pp. 12-38. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 127, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35369

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page