Navigation – Plan du site
128
Charles Melville

« The Īlkhān Öljeitü’s Conquest of Gīlān (1307): Rumour and Reality », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy. Leiden, Brill, 1999, pp. 73-125.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les campagnes de Öljeitü dans le Gīlān sont documentées par des sources nombreuses en arabe et en persan mais les causes et la chronologie des événements sont souvent présentées de manière confuse. L’auteur de cet article, par une analyse minutieuse des textes et par une confrontation entre les différents témoignages est parvenu à faire la lumière sur ce dossier complexe. Dans un premier temps, il présente le corpus de sources à l’appui de ses analyses (pp. 73-84) et caractérise chaque type de source en la situant dans son contexte politique et culturel. Dans les sources arabes (Baybars al-Manṣūrī, Ibn Dawādārī, al-‘Aynī et al-Yūsufī) figurent beaucoup d’informations sur les événements d’Iran : leur vision, écrit-il, est pan-islamique. Elles reflètent la rivalité entre les Ilkhans et les Mamelouks et leur ana­lyse met à jour la difficulté d’exploitation que posent les sources persanes. Comme l’écrit l’auteur, les sources arabes éclairent les éléments obscurs des sources persanes (Qāšānī et Mustawfī Qazvīnī, Ẓafar-nāma), notamment sur le rôle du cheikh Barāq, à la source de la plus grande confusion chronologique dans les sources persanes.

2Les hostilités entre Ilkhans et Mamelouks forment un arrière-fond pour expliquer la campagne du Gīlān : selon Mustawfī Qazvīnī, Öljeitü ne voulait pas s’engager dans une expédition militaire en Syrie avant d’avoir soumis le Gīlān qui restait inaccessible. La campagne du Gīlān eut lieu en 1307, cinq ans avant la dernière campagne ilkhanide dans les terres mameloukes, menée par Öljeitü. Un traité de paix officiel sera conclu en 1323 par Abū Sa‘īd. L’émir Čūpān, devenu la force dominante dans l’empire après sa campagne victorieuse au Gīlān, en sera l’artisan. Il faut remarquer que la paix n’empêcha pas que s’instaure alors une rivalité entre les Mamelouks et Ilkhans [voir l’article de Charles Melville, « “The Year of the Elephant”: Mamuk-Mongol Rivalry in the Hejaz in the Reign of Abū Sa‘īd (1317-1335) », Studia Iranica, 21 (1992), pp. 197-213].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Charles Melville, « « The Īlkhān Öljeitü’s Conquest of Gīlān (1307): Rumour and Reality », in : Reuven Amitai-Preiss & David Morgan, eds., The Mongol Empire & its Legacy. Leiden, Brill, 1999, pp. 73-125. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 128, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35371

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page