Navigation – Plan du site
131
Julie Scott Meisami

« Why write History in Persian? Historical Writing in the Samanid Period », in : Carole Hillenbrand, éd., Studies in Honour of Clifford Edmund Bosworth. Leiden-Boston-Köln, Brill, 2000, vol. II, pp. 348-371.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La question posée est simple : pourquoi les premiers textes historiques en persan apparaissent-ils sous les Samanides ? D’abord un constat : les recherches sur l’historiogra­phie musulmane (Spuler, Rosenthal) sont trop concentrées sur l’arabe et n’ont pas accordé aux textes persans la place qu’ils méritaient. Les travaux philologiques surtout ont empêché de saisir le véritable sens de la naissance d’une histoire écrite en persan. Refusant la thèse d’une « shu‘ûbiyya linguistique » qui n’a historiquement aucune valeur (le persan ne rem­place pas l’arabe comme langue de culture), l’A. montre que l’affirmation d’une historiogra­phie en persan au milieu du 4e s. a.h. répond à une situation historique précise : les « traductions » de Ṭabarī et la rédaction du Šāh-nāme s’intègrent dans un large projet de légitimation politique menée par les Samanides ; la coexistence de deux historiographies relevant de deux modèles différents (iranien pour le Šāh-nāme, musulman pour Ṭabarī) suggère en effet qu’en dépit de leur langue commune (le persan), elles étaient destinées à des audiences différentes. L’A. rappelle à ce propos les frictions qui opposaient les aristocrates « dihqans » aux Arabes ou Iraniens arabisés et aux esclaves militaires turcs. La dernière partie brosse rapidement le tableau de l’historiographie persane seljuqide. L’article, foison­nant et d’une grande érudition, est parfois difficile à suivre, mais il est intellectuellement très stimulant. Il peut se lire comme une introduction au livre que Meisami a consacré au même thème : Persian Historiography to the end of the Twelfth Century, Edinburgh, 1999 (cf. Abs. Ir. 22, c.r. n° 225).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Julie Scott Meisami, « « Why write History in Persian? Historical Writing in the Samanid Period », in : Carole Hillenbrand, éd., Studies in Honour of Clifford Edmund Bosworth. Leiden-Boston-Köln, Brill, 2000, vol. II, pp. 348-371. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 131, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35378

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page