Navigation – Plan du site
134
Ġiyāṯ al-Dīn Yazdī

Sa‘ādat-nāme yā rūznāme-ye ġazavāt-e Hendūstān dar sāl-hā-ye 800-801 hejrī (Sa‘ādat Nāmeh, Journal of Indian Invasion between 800 to 801 A. H.). Éd. Īraj Afšār, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb and Institute of Central and West Asian Studies (University of Karachi), [Mīrāṯ-e Maktūb, 72 ; Tārīḫ va joġrāfiyā, 8], 1379/2000, XX-216 p. + 12 p. non numérotées, table des matières, intro., tableaux généalogiques, indices.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Édition critique, par un grand spécialiste de l’édition des ouvrages historiques persans, d’un texte rare et précieux connu par ailleurs sous le nom de [Ketāb-e] Rūz-nāme-ye ġazavāt-e Hendūstān. Jusqu’à ce jour on ne connaissait qu’une édition russe non critique (Dnevik poxoda Timura v Indiju ..., éd. L. A. Zimin, sous la dir. de V. V. Bartol’d, Saint Pétersbourg 1915 ; traduction russe sous le même titre, par A. A. Semenov, Izdatel’stvo vostocnoj literatury, Moscou 1958), faite d’après un manuscrit (daté 1015/1606-07) conservé à Taškent (Bibliothèque de l’Institut d’Orientalisme Biruni, n° 1520/II ; description in : Sobranie vostocnix rukopisej Akademii Nauk Respubliki Uzbekistan : Istorija, Fan, Taškent 1998, n° 283). L’éditeur de la présente édition a consulté trois manuscrits, pour baser son travail sur une copie conservée actuellement à la Bibliothèque du Majles de Téhéran, datée jomādā II 868/février-mars 1464 (n° d’inventaire 9669 ; récemment catalogué sous le n° 7008, voir Fehrest-e nosḫe-hā-ye ḫaṭṭī-e ketābḫāne-ye Majles-e Šowrā-ye Eslāmī, vol. 21, Qom, 1376š./1997). Ce manuscrit est non seulement le plus ancien, mais aussi le plus complet. Le manuscrit de Taškent contient au moins une lacune (entre f. 41 et 42), alors que le troisième manuscrit, conservé à la Bibliothèque de l’Université du Penjab à Lahore (n° 296), très tardif, car daté du 1241/1825-26, a aussi perdu plusieurs feuillets. Ces deux derniers manuscrits de l’ouvrage sont exploités en tant que copies secondaires.

2L’introduction d’Iraj Afšār replace la personne de l’auteur et sa famille, mentionnées notamment dans les histoires de Yazd, dans le contexte social et historique de son époque (les deux chroniques de Yazd, Tārīḫ-e Yazd de Ja‘farī, et Tārīḫ-e jadīd-e Yazd d’Aḥmad b. Ḥoseyn Kāteb, ont également été éditées par cet éminent spécialiste). Il s’agit d’une famille de dignitaires administratifs et d’érudits. Aussi bien le père de l’auteur que lui même et son fils étaient liés à l’administration de Yazd, notamment sous les Mozaffarides (713/1314-795/1393) et sous les Timourides.

3Le bref ouvrage du théologien Ġiyāṯ al-Dīn ‘Alī Yazdī, vizir de Timour, contient le récit de la campagne de Timour en Inde. Il a été composé soit vers 801/1399, soit vers 805/1403, sur la commande du souverain lui-même. L’auteur a utilisé plusieurs sources, parmi lesquel­les il nomme notamment le Ketāb-e Yamīnī d’‘Utbī, mais il s’est surtout servi du journal de Nāṣer al-Dīn ‘Omar, grand qāḍī de Timour, qui faisait partie de la campagne militaire, et qui avait écrit son journal à l’intention du petit-fils du conquérant, Ḫalīl Solṭān (r. 807/1405-812/1409). La première partie de l’ouvrage de Ġiyāṯ al-Dīn ‘Alī Yazdī est consacrée aux conquêtes de Timour dans la Transoxiane, dans le Ḫorāsān, sur le plateau iranien et dans l’Azerbaïdjan (pp. 17-55). Ensuite commence la partie qui est précisément appelée Sa‘ādat-nāme : le récit de la campagne en Inde, ses « causes » (bā‘eṯ) et les étapes de son déroulement (pp. 56-185), récit qui se termine par un chapitre consacré à la construction par Timour de la Grande mosquée à Samarcande (pp. 187-188).

4C’est un texte important qui a servi de source à plusieurs historiographes ultérieurs, notamment Šaraf al-Dīn Yazdī, et Niẓām Šāmī.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Ġiyāṯ al-Dīn Yazdī, « Sa‘ādat-nāme yā rūznāme-ye ġazavāt-e Hendūstān dar sāl-hā-ye 800-801 hejrī (Sa‘ādat Nāmeh, Journal of Indian Invasion between 800 to 801 A. H.). Éd. Īraj Afšār, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb and Institute of Central and West Asian Studies (University of Karachi), [Mīrāṯ-e Maktūb, 72 ; Tārīḫ va joġrāfiyā, 8], 1379/2000, XX-216 p. + 12 p. non numérotées, table des matières, intro., tableaux généalogiques, indices. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 134, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35380

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page