Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 234. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et Qâjârs« La coopération entre la cour sa...

147
Yutaka Hirano

« La coopération entre la cour safavide et les villes provinciales en temps de guerre » (en japonais). Sundaï-shigaku, 109, (2000)

Compte-rendu réalisé par Masahi Haneda

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il est bien connu qu’à la suite de la défaite de la bataille de Čāldirān, de nombreux membres de la cour de Šāh Esmā‘īl furent capturés par les Ottomans. Tirant leçon de cet événement, Šāh Ṭahmāsp n’emmena jamais ses femmes et son harem à la bataille. En utilisant non seulement les sources persanes, mais aussi une source ottomane comme Hatiralari de Me’mun Bey, Hirano montre que les gens du harem (ḫāne-kūč) de Šāh Ṭahmāsp étaient séparés du monarque et transportés dans des villes plus sûres. Au moment de la guerre contre les Uzbeks, ils étaient souvent à Qom, et quand les Ottomans arrivèrent ils étaient installés à Ispahan. Les deux villes avaient une dowlat-ḫāne avec ḥaram-sarāy et une sepāhī-ye molk, c’est-à-dire une troupe provinciale, qui stationnait exceptionnellement dans un certain nombre de villes importantes.

2Hirano décrit de manière convaincante la bravoure et le courage des gens d’Ispahan qui luttèrent, avec la garde du harem de Ṭahmāsp, contre les troupes d’Alqās Mīrzā, le frère du roi passé du côté des Ottomans. D’après Hirano, une forme de collaboration s’établissait entre le souverain safavide et la ville en temps de guerre : le monarque avait mis sa confiance dans la ville au point d’y abriter son harem, mais d’autre part, la ville pouvait compter sur la force royale pour se défendre. Il faut enfin signaler le profit commercial et économique que la ville tirait de la présence du harem royal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Masahi Haneda. Yutaka Hirano, « « La coopération entre la cour safavide et les villes provinciales en temps de guerre » (en japonais). Sundaï-shigaku, 109, (2000) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 147, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35400 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.35400

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search