Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 234. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et Qâjârs« Merchants in Safavid Iran : Par...

153
Rudi Matthee

« Merchants in Safavid Iran : Participants and Perceptions ». JEMH, 4/3-4 (2000), pp. 233-268.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’article étudie les communautés de marchands de l’Iran safavide (1501-1722), avec un intérêt particulier pour le 17e s., époque pour laquelle les sources disponibles sont plus diversifiées et plus riches que pour le siècle précédent, car elles associent les registres maritimes européens et les relations des voyageurs (pour la plupart eux-mêmes marchands) aux sources traditionnelles que sont les chroniques persanes de cour. La dimension commer­ciale internationale de l’État safavide avait depuis toujours attiré l’intérêt des chercheurs (travaux de M. Keyvani, J. Calmard, R. Klein, et d’autres, ainsi que de l’A. lui-même). Le présent article s’attache à explorer un aspect particulier de la question : l’interaction entre les marchands et le système politique. Cette question n’a pas été véritablement abordée pour l’Iran safavide (à l’exception des travaux d’E. Herzig et I. McCabe, mais qui se concentrent sur un groupe spécifique de marchands, les Arméniens de la Nouvelle Julfa), alors que les historiens de l’empire Moghol se sont familiarisés beaucoup plus tôt avec les sources maritimes.

2L’article étudie divers groupes de marchands, non seulement les Arméniens qui étaient particulièrement actifs dans le grand commerce international (en compétition avec les com­pagnies européennes), mais aussi les marchands juifs, hindous (banians ou goujeratis) et musulmans, prédominants sur les marchés intérieurs. Les marchands ne sont pas uniquement diversifiés du point de vue de leurs origines ethniques ou religieuses, mais par leurs activi­tés, leurs méthodes et leurs ressources. Après avoir examiné les types d’activités associés à des groupes particuliers, l’A. s’attache à examiner la position sociale des marchands et leur relation avec l’État safavide, avant de se demander comment l’État percevait les marchands, et s’il existait une conscience collective des marchands en tant que groupe spécifique. L’État safavide attachait de l’importance à la surveillance du commerce et aux bénéfices qu’il générait (entretien des routes et des caravansérails ; rôle des fonctionnaires spéciaux pour la surveillance des activités des marchands, etc.). Bien que des dignitaires s’engagent dans le commerce et que les marchands remplissent la fonction de banquiers, de diplomates, d’informateurs, on ne peut pas affirmer l’existence d’une convergence fondamentale d’inté­rêts entre la politique et le commerce. Les marchands, en dépit de leur statut social élevé et de leurs richesses très importantes, ne participaient pas à l’exercice du pouvoir. Leurs riches­ses mêmes, aussi bien que leur appartenance à des minorités, les rendaient vulnérables à toutes sortes d’abus administratifs. L’État safavide, malgré son intérêt constant pour le com­merce, n’a pas su créer de structures institutionnelles fortes pour le contrôle et la protection des marchands.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Rudi Matthee, « « Merchants in Safavid Iran : Participants and Perceptions ». JEMH, 4/3-4 (2000), pp. 233-268. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 153, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35407 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.35407

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search