Skip to navigation – Site map
180
Sabrina Mervin

Un réformisme chiite. Ulémas et lettrés du Ǧabal ‘Āmil (actuel Liban-Sud) de la fin de l’Empire ottoman à l’indépendance du Liban, Paris/Beyrouth/Damas, Karthala/Cermoc/IFEAD, 2000, 520 p., cartes, glossaire, biblio. et index.

Book review by Denise Aigle

Full text

1Ce gros ouvrage est consacré au réformisme des clercs chiites du Ǧabal ‘Āmil au Liban (1880-1943). Nous soulignerons dans ce compte rendu les éléments qui intéressent tout chercheur qui s’intéresse à l’histoire de l’Iran moderne et contemporain et, de manière générale, le spécialiste de l’histoire religieuse.

2Le livre est divisé en neuf chapitres. Dans le chapitre I (Ǧabal ‘Āmil, le « Mont des ‘ulamā’ »), l’auteur retrace l’histoire de la région, des clercs et des écoles religieuses. Le chapitre II (La société du Ǧabal ‘Āmil) est consacré à la description des différents groupes sociaux (religieux, paysans, autorités politiques), ainsi qu’aux clivages qui existent entre ceux-ci, notamment à la suite de l’impact des réformes ottomanes. Le chapitre III (Qu’est-ce qu’un ‘ālim ?) donne une description anthropologique du corps des ‘ulamā’ : quels sont les fondements de leur légitimité, sur quoi repose l’autorité spirituelle du muǧtahid ? Si l’endogamie était souvent la règle dans ce milieu, les intermariages avec des savants chiites de Naǧaf pouvaient être un moyen de compenser un nasab déficient. On constate que le rôle de ce centre d’enseignement religieux fut déterminant pour les contacts avec la communauté des savants iraniens. Le chapitre IV (Comment le réformisme gagna le Ǧabal ‘Āmil) met bien en évidence les conditions d’apparition du réformisme chiite (nahḍa al-‘ilmiyya) et montre l’influence des Persans sur les ‘Amilites (pp. 120-129). La genèse du mouvement ‘amilite (1882-1909) doit beaucoup au rôle joué par la presse grâce à la fondation de la revue al-‘Irfān. Le chapitre V (Instruire, éduquer, former) décrit les réformes mises en œuvre par Muḥsin al-Amīn à Damas (réforme de l’école, cours du soir, rôle des femmes savantes, etc.) et ses propositions de réformes pour Naǧaf dans lesquelles on perçoit, à travers sa remise en cause de l’iǧtihād, une critique des deux courants chiites de l’époque, uṣūlī et aḫbārī (pp. 214-216). Dans le chapitre VI (La lutte contre les innovations blâmables et la réforme des rites de ‘Āšūrā), S. Mervin retrace l’histoire de l’introduction des rites persans au Ǧabal ‘Āmil. En effet, à son retour de Naǧaf en 1880, le cheikh Mūsā Šarāra apporta bon nombre de changements aux rituels alors en vigueur : séances de déploration hebdomadaires le jeudi soir (ta‘ziya) et nouveaux rites funéraires (maǧālis al-fātiḥa), au cours desquels étaient réci­tées des élégies funèbres. Par ailleurs à Nabaṭiyya, aux séances de déplorations initiées par Mūsā Šarāra vinrent se greffer des représentations théâtrales et des processions publiques, à l’instigation d’Iraniens fixés au Ǧabal ‘Āmil, pour la plupart des commerçants. Dès 1895, on assiste à des rites en persan. Au début des années 1910, Muḥsin al-Amīn tentera de réfor­mer ces rites. Il publia à cet effet un opuscule intitulé : Risālat al-tanzīh (« Epuration »), dans lequel il interdit les flagellations et les effusions de sang, les travestissements d’hom­mes en femmes lors des représentations théâtrales, les instruments de musique, etc. Le chapitre VII (Le rapprochement entre les sectes) décrit l’action de Muḥsin al-Amīn pour rapprocher sunnites et chiites. Le chapitre VIII (le combat nationaliste des ‘Amilites) et le chapitre IX (De l’affirmation d’une identité chiite à la formation d’une communauté politi­que) sont plus centrés sur les questions politiques du Proche Orient mais ne sont pas sans enseignements pour les événements d’Iran à la même époque.

3Ce livre, dense mais très facile à lire, est complété par trois cartes, des annexes fort utiles (biographies des principaux personnages, tableau commenté des relations généalogiques et matrimoniales entre deux grandes familles de clercs, localisation des tombeaux des Imams), une chronologie des événements (pp. 441-446), un glossaire des termes techniques (pp. 449-451), la liste des archives consultées, des correspondances et des entretiens (pp. 455-456), une bibliographie substantielle (pp. 459-502) et un index des noms de personnes (pp. 503-511). On regrettera cependant l’absence d’un index des noms de lieux.

Top of page

References

Electronic reference

Denise Aigle. Sabrina Mervin, « Un réformisme chiite. Ulémas et lettrés du Ǧabal ‘Āmil (actuel Liban-Sud) de la fin de l’Empire ottoman à l’indépendance du Liban, Paris/Beyrouth/Damas, Karthala/Cermoc/IFEAD, 2000, 520 p., cartes, glossaire, biblio. et index. », Abstracta Iranica [Online], Volume 23 | 2002, document 180, Online since 08 February 2010, connection on 17 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35453

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page