Navigation – Plan du site
185
Jean Kellens

« Langues et religions indo-iraniennes. Cours : Promenade dans les Yašts à la lumière de travaux récents (suite) », Annuaire du Collège de France, 1999-2000, pp. 721-751.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

6.1. Zoroastrisme
Haut de page

Texte intégral

1Ce résumé de cours équivaut à un volume, par la densité de son information. L’auteur s’attache cette fois aux Yašts qui « ont en commun d’être partiellement consacrés à dresser la liste des héros du passé qui ont sacrifié à la divinité tutélaire de l’hymne », à savoir, pour l’essentiel, aux Yašts 5, 9, 15 et 17. Le Yašt 5, en particulier, est remarquable de plusieurs façons, spécialement parce qu’il est ouvert à des héros secondaires. Ces catalogues ont beaucoup à nous apprendre sur l’histoire du genre humain, sur celle de l’entité territoriale iranienne et sur celle du sacrifice. Tels sont les trois grands chapitres de cet exposé. 1) Nous ne connaissons bien des « premiers hommes avestiques » que les deux extrémités de leur histoire, Gaiia-mar∂tan et Yima. L’auteur montre comment l’humanité, selon l’Avesta, est issue de trois engendrements successifs qui répondent aux trois types possibles d’inceste. Mais Yima n’est pas concerné et mérite un chapitre spécial et lumineux (pp. 727-734). Car « il est le héros avestique dont nous connaissons le mieux l’histoire, bien mieux que celle de Zoroastre ». On ne lui connaît pas de faute originelle, il est pleinement homme, interlocuteur élu de Ahura Mazda, doué d’une immortalité lui permettant de pourvoir les espèces vivantes du processus biologique de croissance. Yima est possesseur du xšara, la force magique (non le pouvoir royal) qui émane de la baguette et du cor donnés par Ahura Mazda, et qui procure le célèbre xvar∂nah, la « force d’abondance », grâce à quoi Yima peut corriger l’ordre divin en donnant l’indestructibilité aux vivants. Mais leur reproduction est incompatible avec l’immortalité. Viennent ensuite la fondation de l’airiiana-vaējdah, et du vara, la caverne-paradis peuplée des germes immortels des hommes nouveaux de la fin des temps. L’auteur montre en quoi consiste l’innovation avestique, celle d’avoir pris pour moteur de l’histoire sainte la doctrine des millénaires « et une représentation complexe et singulière de l’immortalité » (p. 734). Les chapitres suivants développent l’histoire du « nouveau début », après la disparition de Yima. Puis, grâce à la localisation du sacrifice, se découvre une géographie circulaire du monde, mythique, que seul Vidēvdād 1 aide à mieux comprendre. La géographie avestique se révèle être animée d’une idéologie « qui ordonne les pays iraniens au long d’un axe sacré qui va de l’aurore à la Drangiane, où se concentre le xvar∂nah collecté par la lumière et l’eau ». Ce chapitre de géographie avestique bouscule fortement à son tour ce que nous avions appris, par exemple des travaux d’Arthur Christensen. Après un chapitre sur le mode sacrificiel, deux nouveaux et savants chapitres sont consacrés à l’histoire, selon l’Avesta, d’après Yima et d’avant Zarauštra, puis des trois derniers héros, des pages qui intéresseront aussi fortement les familiers du Livre des Rois de Ferdowsī. Finalement, le vrai pouvoir de la cohorte héroïque des sacrifiants de l’Avesta est leur pouvoir rituel, ce que montre l’auteur en commentant les trois dernières strophes du Yašt 5. Ce résumé de cours est fondé sur une analyse appropriée des textes avestiques bien montrée et ramassée en forme d’état des acquis du savoir. Il est argumenté sur la base d’un exposé philologique du texte avestique qui doit attirer l’attention des meilleurs spécialis­tes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Jean Kellens, « « Langues et religions indo-iraniennes. Cours : Promenade dans les Yašts à la lumière de travaux récents (suite) », Annuaire du Collège de France, 1999-2000, pp. 721-751. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 185, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35465

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page