Navigation – Plan du site
200
Yaḥyā ‘Alawī et Javād Ḥadīdī

Le Coran. « Voilà le Livre... ». Tome premier. Al-Fātiḥa – al-Baqara (sourates 1 et 2). Traduction annotée, accompagnée d’études, de concordances et de lexiques, par Yaḥyā ‘Alawī [Christian Bonaud] et Javād Ḥadīdī. Qom, Centre pour la traduction du Saint Coran, 1421/2000, 618 p.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

7. Islam
Haut de page

Texte intégral

1Le Coran s’est voulu, pour l’essentiel, rappel à l’homme de ce qu’il a oublié : Dieu et la condition, pour l’homme, d’être Son serviteur. Il s’adresse à tous les hommes, il est donc normal qu’il soit traduit en langues diverses pour être approché. L’auteur nous donne justement, aux pp. 11-19 de son introduction, une vue d’ensemble des traductions du Coran déjà faites en français, dont celle de Régis Blachère, à visée philologique, qui marqua un tournant mais manqua à l’exigence de tenir compte des autres points de vue requis en traduction. Pour éviter les reproches encourus jusque-là, l’auteur décrit, aux pp. 21 à 33, les démarches préalables qu’il a entreprises, pour être à même d’en arriver à une traduction fondée en raison. Il commence ainsi à publier, dès ce premier volume, le matériel préparatoire à la traduction, la justifiant ainsi, et espérant de la sorte accomplir un travail ouvert, c’est-à-dire sans cesse perfectible de volume en volume. L’œuvre est actuellement le projet le plus important du Centre de Qom, que dirige M. Naqdī.

2Indispensables sont alors les concordances du texte coranique, parce que le texte y explique le texte ; indispensables sont les acquis scientifiques accumulés sur des siècles et qui éclairent aussi le texte ; indispensables sont les commentaires, dans la mesure du moins où ils éclairent à leur tour le sens même du texte. Avec tout ceci, l’auteur a été amené à une traduction mot à mot du texte coranique, où commence à apparaître ce que la traduction française va exiger. Ce mot à mot l’a conduit à établir un lexique bilingue arabe-français et inversement. Deux buts sont alors déjà atteints, scientifique et didactique. L’on va ainsi de l’herméneutique à la restitution du sens, sans que l’œuvre tourne aux commentaires qui prennent le texte sous des angles privilégiés seulement. Le but est « seulement la traduc­tion » (p. 25) ; le traducteur veut donner au public francophone « le Livre des Musulmans ». Il veut s’en tenir aux lectures concordantes déjà faites, aux suggestions de lectures poten­tiellement consensuelles, à la reproduction même des silences et des ambiguités du texte coranique. Pour les cas qui restent rebelles, il fournira au lecteur toutes les données de la question.

3La première source du traducteur est donc le Coran lui-même, où les comparaisons éclairent les significations. Dans le cas de variantes textuelles, l’auteur privilégie la variante dite de Ḥafṣ, la plus répandue et la plus admise. La deuxième source est le ḥadīṯ, bien sûr, mais en se référant d’abord aux deux compilations de base très sérieuses,
d’al-Suyūtī (911/1505 ; sunnite) et de Baḥrānī (1107/1696 ; shiite). Puis, au-delà du recours abondant et riche que fait l’auteur aux grammaires, dictionnaires et lexiques de l’arabe les plus sûrs, vient l’autre source, celle des grands commentaires du Coran, dans la mesure où ils fournissent de véritables analyses syntaxiques. Ainsi le célèbre Kaššāf de Zamaḫšarī (538/1144). Dans l’immense littérature du Tafsīr, préférence a été donnée aux auteurs qui commentent le texte par lui-même avec les ressources des sciences de la langue arabe. Les préférences sont donc allées à des auteurs comme Zamaḫšarī, Suyūtī, Ibn Kaṯīr, Abū Ḥayyān, Ibn ‘Arabī, Ṭabresī et son Majma‘ ul-bayān, enfin al-Mīzān de Ṭabāṭabā’ī.

4Au-delà du sens des mots vient donc la traduction elle-même, et l’auteur livre les règles qu’il s’est données (pp. 34-36), en particulier celle de respecter, autant que possible en français, l’ordre des termes en arabe, ce qui touche au sens de la proposition. Une autre règle est que la traduction doit pouvoir supporter une récitation publique.

5Tout ceci est distribué dans le livre de la façon suivante. I. Texte du Coran et traduction. 1- Sourate 1, dite al-Fātiḥa, 38-39 (la traduction est munie de notes succinctes offrant ce qui est indispensable à la compréhension ; mais des astérisques marquent les mots en français qui sont expliqués dans la deuxième partie ; et ainsi pour toute cette première partie). 2- Sourate 2, dite al-Baqara, 40-135. II. Etudes et concordances, 137-418 (c’est la très riche étude, avec concordance, des deux sourates, verset après verset. Par exemple, le premier verset de la première sourate tient en dix pages serrées, où le texte est muni de notes abondantes). Sourate 1, 139-158 ; sourate 2, 159-418 (l’étude de chaque verset comporte une division interne qui classe les sujets traités. Le tout constitue une somme considérable d’enseignements essentiels). III. Traduction mot à mot des sourates 1 (421) et 2 (421-502). IV. Lexique français-arabe des deux sourates, 505-562. V. Lexique arabe-français des deux sourates, 563-616. Une bibliographie abrégée achève ce premier volume. Disposé ainsi, l’ouvrage se prête parfaitement par exemple à une étude thématique.

6Ainsi, par l’étendue de la documentation, de l’étude et de la réflexion, l’œuvre entreprise par Yaḥyā ‘Alawī (Christian Bonaud), avec la précieuse collaboration du savant académicien et traducteur expérimenté du français, Javād Ḥadīdī, s’offre à nous comme un ouvrage capable, me semble-t-il, de pouvoir nous restituer, autant que le peut une traduction, le Coran lui-même. Ajoutons que la qualité matérielle de l’ouvrage et l’impression irréprocha­ble des textes font de ce premier livre une première dans l’édition en Iran de livres en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Yaḥyā ‘Alawī et Javād Ḥadīdī, « Le Coran. « Voilà le Livre... ». Tome premier. Al-Fātiḥa – al-Baqara (sourates 1 et 2). Traduction annotée, accompagnée d’études, de concordances et de lexiques, par Yaḥyā ‘Alawī [Christian Bonaud] et Javād Ḥadīdī. Qom, Centre pour la traduction du Saint Coran, 1421/2000, 618 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 200, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35513

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page