Navigation – Plan du site
203
Andrew J. Newman

The Formative Period of Twelver Shī‘ism. Hadīth as Discourse Between Qum and Baghdad. Richmond, Curzon Press, collection « Culture and Civilization in the Middle East », 2000, 222 p.

Compte-rendu réalisé par Mohammad Ali Amir-Moezzi

Entrées d’index

Rubriques :

7. Islam
Haut de page

Texte intégral

1L’auteur, connu pour ses travaux sur l’imamisme d’époques safavide et post-safavide, examine ici les quelques décennies, d’une importance capitale pour l’histoire du shi’isme duodécimain, qui suivirent l’Occultation du dernier imam survenue selon la tradition en 260/873-4. Il mène principalement son examen à travers l’étude de trois compilations, parmi les plus anciennes, de ḥadīṯ-s imamites, à savoir le Kitāb al-maḥāsin d’Aḥmad b. Muḥammad al-Barqī (m. vers 274 ou 280/887 ou 894), les Baṣā’ir al-darajāt d’al-Ṣaffār al-Qumī (m. 290/902-3) et al-Kāfī de Muḥammad b. Ya‘qūb al-Kulaynī (m. 329/940-1). Après trois chapitres, aussi denses qu’érudits, sur les villes de Baghdad et de Qum au 3e/9e s. et la situation des shi’ites dans ces deux centres, l’essentiel du propos est consacré, en cinq chapitres, à l’étude comparative des trois sources mentionnées : le profil de leurs auteurs, leur structure et surtout leurs chaînes de transmetteurs. Il faut souligner l’excellence du chapitre huit sur le traitement réservé, dans al-Kāfī, aux « quatre cas juridictionnels » (aḥkām arba‘a) pendant l’Occultation (les taxes religieuses, la prière collective, la juridic­tion religieuse et les peines légales, la guerre sainte) ainsi que les relations des imamites avec l’autorité temporelle et les devoirs d’ordonner le bien et d’empêcher le mal. Les analyses méticuleuses fondées sur une riche documentation affinent certainement notre connaissance de cette période formative de l’imamisme ; cependant rien de nouveau n’est apporté au niveau du contenu de la pensée doctrinale, contenu somme toute assez peu abordé, et les conclusions historiques quelque peu plates, ne prenant pas suffisamment en compte le poids des idées, provoquent un certain sentiment de frustration : Barqī et Ṣaffār, écrivant à Qum, pour le compte du clan des Ash‘arites, visaient à soutenir le moral des fidèles d’une cité isolée, rentrée en conflit avec les shi’ites de la capitale. Kulaynī, travaillant à Baghdad, cherchait à contrecarrer l’offensive des imamites rationalistes et sunniti­sants, de plus en plus puissants. Mais ces petites déficiences n’enlèvent rien à l’importance de l’ouvrage de A. J. Newman qui constitue désormais une source sûre et une mine d’informations pour l’étude de l’histoire de l’imamisme ancien et celle de la littérature de ḥadīṯ imamite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammad Ali Amir-Moezzi. Andrew J. Newman, « The Formative Period of Twelver Shī‘ism. Hadīth as Discourse Between Qum and Baghdad. Richmond, Curzon Press, collection « Culture and Civilization in the Middle East », 2000, 222 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 203, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35516

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page