Navigation – Plan du site
209
Reuven Amitai-Preiss

« Sufis and shamans: some remarks on the islamization of the Mongols in the Ilkhanate ». JESHO, 42, 1 (1999), pp. 27-46.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1On a souvent dit que les soufis ont joué un rôle important dans la conversion des populations turco-mongoles. L’objet de cet article est de réexaminer ce dossier sur la période de la domination mongole de l’Iran. L’ambition de l’auteur est de redéfinir cette thèse au niveau des élites : les Ilkhans, la famille royale et les grands émirs.

2S’appuyant sur un large corpus de sources primaires, notamment en arabe, R. Amitai-Preiss réfute l’accent mis par certains chercheurs sur l’intérêt de Ġāzān Ḫān pour le soufisme en montrant qu’il manifestait encore plus d’intérêt pour les traditions et les institutions mongoles. On trouve, cependant, des derviches populaires dans l’entourage de Ġāzān Ḫān [voir, R. Amitai-Preiss, « New Material from the Mamluk Sources for Biography of Rashīd al-Dīn », in : J. Rabi & T. Fitzherbert (eds.), The Court of the Ilkhans (Oxford Journal of Islamic Art, vol. 12), pp. 23-38 ; idem, « Ghazan, Islam and Mongol Tradition : A View from the Mamluk Sultanbate », BSOAS, 59 (1996), pp. 1-10]. Le fameux Baraq Bābā, dont la conduite à Damas aurait provoqué un scandale, arriva à la cour ilkhanide pendant le règne de Ġāzān. Son influence ne fit que grandir, notamment pendant le règne de Öljeitü.

3Avec l’islamisation des Ilkhans, les derviches ont gardé un statut secondaire par rapport aux « soufis modérés » ; l’auteur réfute, à juste titre, la thèse que les Mongols ont été attirés par le soufisme à cause du chamanisme. En effet, si certains rites du soufisme (ḏikr, samā‘, croyance aux esprits, rôle de la symbolique animale) comportent des ressemblances avec des « pratiques » chamaniques, ces ressemblances sont le plus souvent extérieures [voir D. Aigle, « Aux marges centrasiatiques », in : La politique des esprits. Chamanisme et reli­gions universalistes, sous la direction de D. Aigle, B. Brac de la Perrière, et J.-P. Chaumeil, Nanterre, Collection ethnologie, Recherches thématiques, pp. 313-331]. Il semble bien, d’après les sources mameloukes, que ce soit pendant le règne de Aḥmad Tegüder que les soufis « populaires » ont eu le plus d’audience à la cour ilkhanide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Reuven Amitai-Preiss, « « Sufis and shamans: some remarks on the islamization of the Mongols in the Ilkhanate ». JESHO, 42, 1 (1999), pp. 27-46. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 209, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35573

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page