Navigation – Plan du site
220
Judith Pfeiffer

« Conversion Versions : Sultan Öljeytü’s Conversion to Shi‘ism (709/1309) in Muslim Narrative Sources ». Mongolian Studies, 22, (1999), pp. 35-67.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1L’objet de cet article est d’analyser les récits de la conversion au chiisme de Öljeitü. L’auteur en a répertorié un grand nombre en persan et en arabe, dont elle fait une analyse littéraire très fine. Le plus ancien et le plus long de ces récits est tiré du Tārīḫ-i Ūljaytū de Qāšānī Il se compose de sept éléments distincts dans lesquels, plus tard, furent ajoutés des détails. Tandis que les auteurs iraniens sont plus intéressés aux motifs de la conversion, les auteurs mamelouks en décrivent les conséquences.

2Comme le fait remarquer J. Pfeiffer, la plupart des sources ilkhanides sont clairement tirées d’un ensemble de motifs standard (topoi ) mais il manque la figure-clé de la « conver­sion royale » à travers un personnage charismatique, tel un cheikh soufi, comme c’est le cas pour Özbek Khan de la Horde d’or. Il existait pourtant dans l’entourage de Öljeitü une figure charismatique dont on trouve la référence dans les sources persanes : un certain Barāq Bābā qui croyait que « ‘Alī était une incarnation divine et qu’elle avait réapparu dans la personne de Öljeitü ». Curieusement, les sources persanes ne mentionnent ce personnage qu’à l’occasion de la campagne de l’ilkhan au Gīlān. En revanche, les sources mameloukes le décrivent dans le détail : « il portait des clochettes, des cornes de vache et son apparence était contraire aux coutumes de l’islam ». Selon l’auteur de l’article, l’absence du cheikh dans les sources ilkhanides pourrait s’expliquer par le fait qu’on ne voulait pas accentuer la présence de ce cheikh « non orthodoxe » dans l’entourage de Öljeitü. En effet, après la mort d’Abū Sa‘īd, l’unité de l’empire ilkhanide fut brisée et les nombreux successeurs qui reven­diquèrent le pouvoir appuyèrent leur légitimité à la fois sur la descendance gengiskhanide et sur un modèle de souverain mongol musulman, tels Ġāzān Ḫān et son frère Öljeitü ; il fallait donc présenter ce dernier d’une manière positive.

3Il faut rappeler que cette conversion au chiisme, à l’inverse de Ġāzān Ḫān par exemple, est interne à l’islam et que par conséquent elle n’a pas de valeur fondatrice d’autant plus que le souverain est « revenu au sunnisme ». C’est sans doute la raison pour laquelle la conver­sion de Öljeitü n’a pas donné lieu à l’élaboration des « récits de conversion populaire ou épique » qui sont fondamentaux pour la constitution de l’identité communautaire d’un peuple. Dans l’Iran safavide, en revanche, il y eut une revivification des récits de conversion de Öljeitü au chiisme, tandis que le rôle, dans l’entourage de l’ilkhan, du savant chiite al-Ḥillī fut accentué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Judith Pfeiffer, « « Conversion Versions : Sultan Öljeytü’s Conversion to Shi‘ism (709/1309) in Muslim Narrative Sources ». Mongolian Studies, 22, (1999), pp. 35-67. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 220, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35595

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page