Navigation – Plan du site
224
Naṣrollāh Pūrjavādī

« Seyr-e eṣṭelāḥāt-e ṣūfiyān, az Nahj al-Ḫāṣṣ-e Abū Manṣūr Eṣfahānī tā Fotūḥāt-e Ibn ‘Arabī », Ma‘āref, 16, 3 (1378/2000), pp. 3-55.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Article important, sur l’histoire des lexiques du soufisme, du Nahj al-āṣṣ de Abū Manṣūr al-Iṣfahānī (ob. 418/1027) aux ouvrages d’Ibn ‘Arabī (ob. 638/1240). Celui-ci a plusieurs fois établi des lexiques de termes soufis, le plus important étant son écrit indépen­dant sur les iṣṭilāāt al-ūfiyya, dans lequel il définit environ deux cents termes. Parmi ses sources les plus importantes, Ibn ‘Arabī cite le lexique que Abū Ḥāmid Muḥammad Ġazzālī avait composé pour expliquer un certain nombre de termes de son Iyā’, à savoir al-Imlā’ fī iškālāt al-iyā’, écrit peu avant sa mort en 505/1111. Il emprunte aussi au Qūt al-qulūb de Abū Ṭālib al-Makkī (ob. 386/996). L’Imlā’ de Ġazzālī est précédé d’une introduction sous forme d’index, plus large que le contenu du lexique, que N. Pūrjavādī pense, contre M. Watt, être authentique. Ibn ‘Arabī s’est également servi de cette introduction. La question est alors de savoir quelles furent les sources de Ġazzālī, dont dépend Ibn ‘Arabī. On connaît un Kitāb ‘Ibārāt al-ūfiyya wa ma‘ānī-hā que son éditeur (Qāsim al-Sāmarrā’ī, Bagdâd, 1389/1969) a attribué à al-Qušayrī, le célèbre auteur de la Risāla, écrite en 438/1045. Le traité définit brièvement 94 notions d’une façon si proche de celle de Ġazzālī qu’il paraît clair que celui-ci l’a utilisé. A leur tour, les ‘Ibārāt ont des sources diverses. Certaines nous échappent, mais d’autres sont manifestes, en particulier le Kitāb al-Luma‘ fī al-taawwūf d’al-Sarrāj al-Ṭūsī (ob. 378/988) et le chapitre 59 du Tahīb al-asrār de Ḫargūšī (ob. 406/1015), pratiquement recopié. Surtout, ce que N. Pūrjavādī montre bien, le traité des ‘Ibārāt emprunte à un ouvrage venu d’ailleurs que du Khorâsân, à savoir d’Ispahân, où le soufisme obéit à une mouvance bien différente, celle du soufisme de Bagdâd. Il s’agit du Kitāb Nahj al-āṣṣ, écrit arabe du soufi hanbalite Abū Manṣūr Iṣfahānī (ob. 418/1027). L’auteur y décrit brièvement les quarante étapes (āl / awāl ) du parcours soufi. Chaque étape est divisée en trois moments (maqām ; le traité a été édité par S. de Beaurecueil, puis décrit dans un article de Ma‘āref et édité par N. Pūrjavādī). La différence entre les lexiques des Khorâsâniens et celui du hanbalite d’Ispahân est que les premiers s’en tiennent aux termes plus difficiles, le deuxième aux termes communs. Le traité d’Iṣfahānī fut tôt connu au Khorâsân dans le milieu soufi hanbalite, auquel appartenait al-Anṣārī de Hérat (ob. 482/1089). Anṣārī fit un grand éloge du traité d’Iṣfahānī (dans ses abaqāt), qu’il opposa en les critiquant à ceux des Khorâsâ­niens. L’influence du traité se voit aussi bien dans ses Manāzil que dans ses ad Meydān (influence montrée dans l’article aux pp. 16-17). Ainsi voit-on que Ġazzālī a trouvé la définition de notions communes au soufisme dans le Nahj, mais par l’intermédiaire des ‘Ibārāt. Al-Qušayrī pouvait-il être l’auteur des ‘Ibārāt ? Ni sa Risāla, ni ses autres écrits ne montrent aucune influence subie du Nahj, de sorte qu’on peut penser que les ‘Ibārāt furent (au mieux) l’écrit d’un disciple, composé avant le 6e/12e s., puisque Ġazzālī s’en inspira et que le terme ‘ibārāt n’apparaît plus alors dans les titres des lexiques. Aux pages 21 à 51, N. Pūrjavādī s’emploie à tracer le parcours de seize notions soufies de base, définies dans les dictionnaires, du Nahj al-āṣṣ au Loġat-nāme de Dehḫodā. Il en ressort qu’Ibn ‘Arabī fut bien dépendant de l’Imlā’ de Ġazzālī et, de ce fait, du Nahj de Abū Manṣūr al-Iṣfahānī, dans ses définitions tripartites des notions soufies, avec reproduction d’erreurs dans le parcours des copies, avec aussi un travail d’imagination à partir des textes qu’il imitait. La déviance des définitions fut prolongée ensuite dans l’œuvre de ‘Abd al-Razzāq Kāšānī ou de Šāh-Ne‘matollāh. Un trait de ces définitions de notions est leur caractère intellectuel, car pour la tradition soufie hanbalite, d’Iṣfahānī à Anṣārī par exemple, le taawwūf est une science (‘ilm), en traiter est faire œuvre scientifique. N. Pūrjavādī voit dans l’entreprise lexicographique d’Ibn ‘Arabī un effort pour fournir une série enchaînée de termes techniques, mais qui n’évite pas la fantaisie à laquelle l’a contraint une tradition parvenue à lui ‘embrouillée et fautive’. Ce que l’auteur promet de montrer plus amplement dans une publication à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Naṣrollāh Pūrjavādī, « « Seyr-e eṣṭelāḥāt-e ṣūfiyān, az Nahj al-Ḫāṣṣ-e Abū Manṣūr Eṣfahānī tā Fotūḥāt-e Ibn ‘Arabī », Ma‘āref, 16, 3 (1378/2000), pp. 3-55. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 224, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35600

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page