Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2312. Sociologie12.1. IranSociologie politique de la révolu...

345
Akbar Molajani

Sociologie politique de la révolution iranienne de 1979. Paris, L’Harmattan (coll. « Comprendre le Moyen-Orient »), 1999, 320 p.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

12.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage ne correspond que partiellement et qu’indirectement à son contenu. En effet, si « sociologie politique de la révolution iranienne de 1979 » il y a, c’est seulement dans les trois derniers chapitres (sur huit) qu’on la trouve, et, ailleurs, dans la recherche que mène l’A. des causes de cette révolution à travers la sociologie politique de l’Iran sous le régime monarchique, plus particulièrement entre 1960 et 1978.

2Le livre se compose de trois parties inégales à tous points de vue et dont on ne saisit pas très bien la logique interne et les contours. Vient en premier lieu « le contexte historique de l’action de la monarchie Pahlavi », où il est notamment question de l’oligarchie monarchi­que, des réformes du régime, des changements dans la société rurale. Arrive en deuxième position « la restructuration du milieu urbain » : c’est la partie la plus originale avec, par exemple, un bon aperçu sur la vie dans les quartiers de Téhéran (pp. 109-171). « L’environ­nement politique de la société iranienne et la révolution », troisième et dernière partie, aurait gagné à être scindée en deux parties traitant successivement des classes sociales et de l’appareil politique avant la révolution, puis de la révolution, de son déroulement et de ses acteurs ; on trouve cependant, là aussi, une section originale sur « les effets sociétaux de la répression étatique » (pp. 195-208).

3Une thèse centrale traverse l’ouvrage de part en part : la chute de la dynastie Pahlavi et la victoire de la révolution islamique s’expliquent par l’impuissance de la monarchie à asseoir sa « légitimité », non seulement politique, mais aussi et surtout peut-être « sociétale ».

4Ce travail, dont les apports apparaissent au total assez minces, est visiblement tiré d’une thèse mal dirigée et insuffisamment retravaillée, rédigée dans une langue maladroite, approximative et inutilement compliquée, qui en rend l’accès difficile. Décidément, la collection « Comprendre le Moyen-Orient » des éditions L’Harmattan peine à améliorer son catalogue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Akbar Molajani, « Sociologie politique de la révolution iranienne de 1979. Paris, L’Harmattan (coll. « Comprendre le Moyen-Orient »), 1999, 320 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 345, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.35646

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search