Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 233. Histoire, Art et Archéologie, ...3.1. Est de l’IranOtčet o raskopkax gorodišča drevn...

51
B.I. Maršak et V.I. Raspopova

Otčet o raskopkax gorodišča drevnego Pendžikenta v 1999 godu, (Materialy Pendžikentskoj Arxeologičeskoj èkspedicci, II). Saint Pétersbourg, Musée national de l’Ermitage, 2000, 44 p. + 86 ill. [Rapport sur les fouilles de l’ancienne Pendjikent en 1999]

Compte-rendu réalisé par Étienne de La Vaissière

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1Les fouilleurs de Pendjikent ont décidé de faire désormais paraître un rapport annuel sur les résultats de leur campagne, et cette heureuse initiative a fait des émules aussi bien à Paykend qu’à Kampyr-tepe. Le matériel est livré tel quel, sans tentative d’analyse synthéti­que et ces ouvrages, abondamment illustrés de dessins (coupes, plans, céramiques, relevés de peintures...) seront donc réservés principalement aux archéologues, et ce d’autant plus que seul le premier volume comprend un résumé anglais. Signalons dans le premier volume un article de V. Livšic à propos d’une inscription sogdienne sur céramique, donnant le nom du propriétaire du vase : « t(r)xwm’n », c’est-à-dire (Créé ou protégé par les divinités du) Feu et de la Bonne Pensée < *Ātar-Vahumanah, qui permet à l’A. un développement sur les noms doublement théophores dans l’onomastique iranienne ; dans le second volume, signalons aussi la découverte de fragments très intéressants d’une peinture murale représentant la procession d’un objet porté sur des brancards (ill. 84-85). Or, et contrairement à l’opinion du fouilleur, exprimée p. 40, il semble bien que l’objet ainsi montré ne soit pas une statue de divinité mais bien un livre sacré, un codex. La figure que le fouilleur interprète comme une représentation divine ne surmonte pas l’objet mais se trouve derrière. De plus l’objet, de forme tout à fait inhabituelle s’il s’agissait de la caisse d’un char, est étroit, feuilleté à l’avant, et présentant un arrondi – la reliure – à l’arrière. Il s’agit donc de la première représentation dans l’art sogdien d’un livre sacré, à la couverture splendidement ornée de figures divines. De nombreux codices sogdiens sont connus, qu’ils soient manichéens ou nestoriens, même si on ne possède pas pour l’heure de codex sogdien zoroastrien. [Ce compte rendu concerne également le n° 50]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne de La Vaissière. B.I. Maršak et V.I. Raspopova, « Otčet o raskopkax gorodišča drevnego Pendžikenta v 1999 godu, (Materialy Pendžikentskoj Arxeologičeskoj èkspedicci, II). Saint Pétersbourg, Musée national de l’Ermitage, 2000, 44 p. + 86 ill. [Rapport sur les fouilles de l’ancienne Pendjikent en 1999] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 51, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35648 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.35648

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search