Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2315. Géographie15.0. GénéralitésDie orientalische Stadt im Islami...

357
Eugen Wirth

Die orientalische Stadt im Islamischen Vorderasien und Nordafrika (Städtische Bausubstanz und räumliche Ordnung, Wirschaftsleben und soziale Organisation), Mainz, 2000, 2 volumes (vol. 1 : 584 p. dont 570 fig., index, glossaire, bibliographie ; vol. 2 : 168 planches).

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Rubriques :

15. Géographie
Haut de page

Texte intégral

1Eugen Wirth a consacré sa vie à l’étude des phénomènes urbains dans le monde musulman. Ses travaux sur l’Iran (cf. notamment avec Gaube : Der Bazar von Isfahan, 1978) sont bien connus, mais sont loin de représenter la diversité de sa production scientifique. Arrivé à l’âge de la retraite, le savant autrichien a voulu combler un manque et composer une syn­thèse qui ferait le point de nos connaissances sur la question urbaine au Proche-Orient et en Afrique du Nord. Cette question a une longue histoire et l’A. prend soin de rappeler les conceptions orientalistes de la ville pour mieux s’en démarquer. La notion de « ville musulmane », toute entière conditionnée par l’Islam, avait été définie par l’école française dès les années 30 (les frères Marçais à Alger, puis Sauvaget à Alep) et vulgarisée ensuite dans le monde anglo-saxon par von Grunebaum. Les années 60 qui marquèrent la mort de l’orienta­lisme virent la révision de cette notion (la désorganisation de la ville musulmane opposée à l’ordre de la ville antique ou encore les supposées lacunes du droit musulman concernant les villes furent sensiblement nuancées). Eugen Wirth est sans doute un de ceux qui sont allés le plus loin dans ce révisionnisme. Sa question programmatique est la suivante : y a-t-il une caractéristique commune aux villes d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, qui postulerait une identité unique et propre de la ville orientale – plus précisément de la ville orientale « islamique », et partant, qu’est-ce qui distingue la ville orientale de la ville de l’Antiquité classique par exemple ou bien encore de la ville de l’Occident chrétien ? (p. 515). Sa réponse est sans surprise pour ceux qui connaissent ses thèses : la concentration des marchés au centre de la ville est l’élément déterminant pour parler de ville orientale, même si d’autres caractéristiques, qui ne doivent rien à l’Islam, existent.

2Pour servir cette thèse, l’A. propose une étude comparative des formes architecturales et de l’urbanisme de ces villes. Son discours est articulé en neuf chapitres que des figures nombreuses ainsi que des références aux planches du deuxième volume viennent illustrer. Le premier chapitre est un vaste panorama montrant comment le développement de la ville orientale s’intègre dans six mille ans d’histoire urbaine (de la ville antique à la ville mo­derne). Le deuxième chapitre concerne les fonctions de la ville. Le troisième est consacré à l’économie urbaine, au bazar, aux infrastructures et aux investisseurs urbains ; cette partie constitue le cœur de l’ouvrage. Le quatrième chapitre énumère les différents types de constructions (religieuses et commerciales) et remarque que les grands complexes multi-fonc­tionnels sont une des caractéristiques de la ville orientale. Le cinquième chapitre rappelle que la vie y est surtout organisée autour de l’espace privé, et le sixième s’attache aux quar­tiers d’habitation, conçus pour assurer la protection. Le septième chapitre est consacré aux places et aux jardins ; le huitième aux problèmes du patrimoine et le neuvième aux variantes régionales. Le dixième chapitre est une conclusion qui reprend de façon synthétique les thèmes développés dans les cinq cents pages qui précèdent, notamment les sept caractéristi­ques de la ville orientale. Les exemples tirés du territoire iranien (Iran, Afghanistan) sont nombreux et donnent lieu à de fructueuses comparaisons avec des villes d’autres régions musulmanes : la difficulté de parler de ville iranienne ou turque ou arabe n’en apparaît que d’autant plus grande.

3Soixante-dix ans de recherche sur la ville dans l’Orient musulman sont ainsi synthétisés avec à la fois la plus grande érudition (la bibliographie compte plus de 800 titres) et la plus grande clarté. La qualité plastique du support et des reproductions est exceptionnelle, et le deuxième volume est entièrement composé de reproductions : cartes, gravures et photos. Quelques erreurs sans conséquence peuvent être relevées (ex. : une carte d’Isfahan reproduite dans le vol. 2, pl. 30 est attribuée à un auteur inconnu, alors qu’il s’agit visiblement de la carte dressé par Sulṭān Sayyid Reḍā Ḫān en 1302/1924), mais n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage que l’on peut déjà qualifier de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Eugen Wirth, « Die orientalische Stadt im Islamischen Vorderasien und Nordafrika (Städtische Bausubstanz und räumliche Ordnung, Wirschaftsleben und soziale Organisation), Mainz, 2000, 2 volumes (vol. 1 : 584 p. dont 570 fig., index, glossaire, bibliographie ; vol. 2 : 168 planches). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 357, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.35676

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search