Navigation – Plan du site
363
Īraj Afšār Sīstānī

Kowlī-hā. Pažūhešī dar zamīne-ye zendegī-ye kowliyān-e Īrān va jahān. Tehrān, Rowzane, (1377/1998), 280 p. [Les Tsiganes. Une recherche sur la vie des Tsiganes en Iran et dans le monde]

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage comporte cinq parties d’importance inégale. Les deux premières sont consacrées à la dispersion et aux noms des Tsiganes (Kowlī en persan), ainsi qu’à l’histoire, encore méconnue à bien des égards, de ce peuple aux contours flous et à la culture variable en fonction des contextes d’accueil.

2La troisième partie traite, dans le désordre, de différents aspects de l’identité et de la vie des Tsiganes : 1) « race » (nežād ), langue et religion ; 2) démographie, éducation, santé, lo­gement ; 3) personnalités tsiganes ; 4) lois « anti-Tsiganes » (ḍedd-e Kowlī ), associations et organisations tsiganes ; 5) structure (sāḫtār) sociale et politique ; 6) « us et coutumes » : littérature orale, musique, etc.

3Les particularités de l’économie des Tsiganes, d’abord en Asie, Europe et Amérique, puis plus particulièrement en Iran, font l’objet de la quatrième partie.

4Ce dernier point de vue, local, est développé, dans la cinquième et dernière partie, sous la forme de regards portés sur les kowlī des provinces d’Iran : 1) Āḏarbāyjān, Tehrān, Čahār-Mahāl va Baḫtiyārī ; 2) Ḫorāsān, Ḫūzestān, Sīstān et Balūčestān ; 3) Fārs, Kermān, Kohgīlūye va Boyraḥmad ; 4) Kordestān, Kermānšāh, Lorestān ; 5) Gīlān, province centrale et Māzandarān ; 6) Hormozgān, Hamadān, Yazd.

5Le tout est complété par quelques photographies de très mauvaise qualité, par un index et par une bibliographie (en persan uniquement).

6Il s’agit donc, au total, d’un ouvrage de qualité et d’intérêt inégaux, désordonné, qui traite, dans des proportions variables, tantôt des kowlī d’Iran, tantôt des Tsiganes hors d’Iran, tantôt des Tsiganes en général, sans toujours très bien préciser de quoi il est question. Il s’agit en outre d’un ouvrage de conception vieillotte et qui témoigne d’une totale ignorance des recherches effectuées hors d’Iran sur les Tsiganes (on pense notamment ici aux travaux de T. A. Acton, de J. Okely, de L. Piasere, d’A. Rao, de M. Stewart et de P. Williams). Le livre d’Ī. Afšār-Sīstānī représente cependant un effort de synthèse qui, en s’ajoutant aux publications antérieures de Y. Ḏokā et de S. Amānollāhī par exemple, marque une étape supplémentaire vers la reconnaissance des kowlī comme champ de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Īraj Afšār Sīstānī, « Kowlī-hā. Pažūhešī dar zamīne-ye zendegī-ye kowliyān-e Īrān va jahān. Tehrān, Rowzane, (1377/1998), 280 p. [Les Tsiganes. Une recherche sur la vie des Tsiganes en Iran et dans le monde] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 363, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35686

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page