Navigation – Plan du site
256
Āḏartāš Āḏarnūš

« Adabiyyāt-e ‘arab dar Eṣfahān ». Dāyerat ol-ma‘āref-e bozorg-e eslāmī, t. IX, Tehrān, 2000/1379, pp. 196-198.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Texte intégral

1La rédaction des différentes rubriques (géographie, histoire, littérature, architecture) qui compose l’article « Esfahan » de la Grande Encyclopédie a été confiée à plusieurs auteurs, dont les contributions n’ont pas la même ampleur. Si l’article sur l’histoire de la ville est une honnête synthèse de ce que l’on savait déjà (A. Sā‘edī), les quatre pages que le profes­seur Āḏarnūš consacre à la littérature arabe de la ville font figure de travail pionnier.

2L’A. montre comment cette littérature, dont l’audience est à l’origine limitée aux cercles du pouvoir, connaît un âge d’or durant la période buyide et le début de la période saljuqide (4e-6e s.). Un large éventail de sources est mis à contribution : l’histoire d’Abū Nu‘aym est logiquement laissée de côté, mais l’A. fait une synthèse inédite des éléments que l’on peut retirer de Maḥāsin al-Iṣfahān de Mafarrūḫī, des chapitres consacrés aux poètes de la ville dans les compilations poétiques arabes de Ṯa‘ālabī, Bāḫarzī et ‘Imād
al-Dīn al-Iṣfahānī (la partie de son Ḫarīdat al-qaṣr consacrée aux poètes iraniens a fait l’objet d’une édition en 1999 à Téhéran, et le premier volume est entièrement consacré aux lettrés d’Iṣfahān), mais aussi dans la Ḥikāyat d’Abū’l-Qāsim (à laquelle l’A. avait déjà consacré un article, cf. Abs. Ir. 17-19, c.r. n° 654). Ces productions poétiques répondent à des codes littéraires figés que l’on retrouvait d’un bout à l’autre du monde musulman, et en ce sens l’historien n’y trouvera pas d’éléments historiques directement utilisables ; en revanche ces mêmes sources permettent de dessiner un milieu brillant dominé par quelques grandes figures (par ex. Abū Sa‘īd al-Rustamī) où se côtoient des Arabes et des Iraniens d’expression arabe, musulmans ou non (la part des Chrétiens et des Zoroastriens est assez importante pour être relevée), et qui n’hésitent pas à l’occasion de recourir à un lexique persan pour illustrer leurs discours. Une pléiade de poètes font alors d’Iṣfahān la « deuxième Bagdad ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Āḏartāš Āḏarnūš, « « Adabiyyāt-e ‘arab dar Eṣfahān ». Dāyerat ol-ma‘āref-e bozorg-e eslāmī, t. IX, Tehrān, 2000/1379, pp. 196-198. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 256, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35783

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page