Navigation – Plan du site
267
Seyyed ‘Alī-Aṣġar Ġorāb

« Seyr-e taḥavvol va kārbordī : čīstān dar še‘r-e fārsī ». Našr-e Dāneš, 17, 2 (1379/2000), pp. 7-16.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Etude sur l’évolution de la pratique de l’énigme (čīstān, arabe loġaz) en littérature persane. Si, dès les débuts, elle est bien connue des techniciens de la poésie, dans la pratique, on la voit surtout sous forme de métaphores exprimées à la forme interrogative, comme chez Ferdowsī. C’est surtout chez Manūčehrī, familier de la poésie arabe, qu’on la voit vraiment mise en œuvre dans les descriptions conventionnelles qui ornent le nasīb des qaṣīda-s. Le poète laisse deviner ce qu’il décrit sans le nommer. Avant même la forme interrogative, c’est la figure de l’étonnement qui est employée, avec beaucoup de finesse. Pour décrire le raisin, par exemple, on s’étonne de voir une vierge enceinte. L’article est écrit surtout pour montrer l’importance de Manūčehrī (5e/11e s.) dans le développement de cette figure de l’énigme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Seyyed ‘Alī-Aṣġar Ġorāb, « « Seyr-e taḥavvol va kārbordī : čīstān dar še‘r-e fārsī ». Našr-e Dāneš, 17, 2 (1379/2000), pp. 7-16. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 267, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35801

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page