Navigation – Plan du site
272
Seyyed ‘Alī Mīr-Afḍalī

« Āyā Moḫtār-nāme az ‘Aṭṭār ast ? ». Našr-e Dāneš, 17, 1 (1379/2000), pp. 32-43.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Le Moḫtār-nāme est un recueil célèbre d’environ 2.100 robā‘ī-s (je dirais quatrains) divisés en 50 chapitres. L’ouvrage est divisé en cinquante chapitres, chacun consacré à un sujet. L’ensemble relève du domaine du soufisme littéraire. Le plus ancien manuscrit date de 731 h.q./1330. Ses défauts ont fait préférer un ms. daté de 826/1422 pour servir de base à l’édition qu’a réalisée de l’ouvrage Moḥammad Reḍā Šafī‘ī Kadkanī en 1358/1979 (Tehrān, Ṭūs, n° 199, LXX-300 p. ; 2e éd., 1375/1996). On connaît 18 copies du recueil. Il a toujours été attribué à Farīd al-Dīn ‘Aṭṭār Nīšābūrī (ob. ~586/1190), y compris par le savant éditeur, qui l’a aussi annoté. M. R. Šafī‘ī Kadkanī a introduit le livre par une importante étude (pp. XXXVI-LXIV), en particulier sur le point de savoir ce qu’est le livre intitulé Ḫosrow-nāme. En effet, dans l’introduction au Moḫtār-nāme, attribuée à ‘Aṭṭār lui-même, ce livre est dit par celui-ci être de sa composition. Par une série d’arguments (résumés par S. ‘A. Mīr-Afḍalī dans le présent article), Šafī‘ī Kadkanī montre que le titre de Ḫosrow-nāme désigne l’ou­vrage célèbre de ‘Aṭṭār, Elāhī-nāme, et non pas le roman d’amour qui n’a rien de soufi et qu’on a édité en l’attribuant avec toute la tradition à ‘Aṭṭār. Celui-ci n’a jamais donné le titre de Elāhī-nāme à son grand maṯnavī connu ensuite sous ce titre, où un roi et ses fils sont mis en scène. Le roman d’amour profane, lui, ne peut dater, comme il est montré, qu’au plus tôt de la fin du 8e/14e s.

2La difficulté abordée par l’article porte sur l’introduction au Moḫtār-nāme par l’auteur même du recueil et qui dit être ‘Aṭṭār lui-même. Une longue polémique est engagée par S. ‘A. Mīr-Afḍalī contre ‘Abd al-Ḥoseyn Zarrīnkūb. Celui-ci, dans une série d’articles, a dit son doute absolu sur l’authenticité de l’œuvre en tant que telle. On ne peut résumer ici les arguments échangés, l’ensemble laissant l’impression de travaux encore peu aptes à de vraies comparaisons à divers points de vue entre le Moḫtār-nāme et le reste de l’œuvre authentique de ‘Aṭṭār. L’un d’eux porte sur l’unité stylistique, l’autre sur l’ancienneté du texte, etc. Il reste un point sur lequel aucun des auteurs n’a insisté. Le compositeur de l’introduction déclare que ce recueil de quatrains (on en compte 2.279 dans l’édition) a été extrait du Dīvān même de ‘Aṭṭār. Il est alors curieux qu’on n’ait encore retrouvé dans ce Dīvān que six quatrains du Moḫtār-nāme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Seyyed ‘Alī Mīr-Afḍalī, « « Āyā Moḫtār-nāme az ‘Aṭṭār ast ? ». Našr-e Dāneš, 17, 1 (1379/2000), pp. 32-43. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 272, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35807

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page