Navigation – Plan du site
280
François de Polignac et François de Polignac

Alexandre le Grand, figure de l’incomplétude. Actes de la Table Ronde de la Fondation Hugot du Collège de France (31 mai 1997), Ecole Française de Rome, 2000, 112 p. Mélanges de l’Ecole Française de Rome – Moyen Age, tome 112, (2000).

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Ce recueil d’articles sur la figure littéraire d’Alexandre le Grand, étant d’un grand intérêt, il faut en signaler le contenu. Après l’introduction de François de Polignac, sur « Alexandre, l’inachèvement et l’incomplétude » (pp. 9-12), viennent les articles suivants : Elias Koulakiotis, « Devenir adulte, un défi pour Alexandre. Sur quelques témoignages des ora­teurs attiques », pp. 13-26 ; Jean-Pierre Rothschild, « Alexandre hébreu, ou Micromèges », pp. 27-42 ; Alain Desreumaux, « Alexandre, la couronne et la croix : le rève syriaque du royaume perdu », pp. 43-49 ; Laurence Harf-Lancner, « Alexandre le Grand dans les romans français du Moyen Âge : un héros de la démesure », pp. 51-63 ; David Williams, « L’Alexandre littéraire, le héros inachevé et le texte non clos », pp. 65-73 ; François de Polignac, « Echec de la perfection, perfection de l’inachevé. Le renversement du sens dans la légende arabe d’Alexandre », pp. 75-84 ; Claude-Claire Kappler, « Le roi “au cœur éveillé”. Images du désir et de la mort dans la littérature persane classique », pp. 85-95 (cf. c.r. n° 270) ; Angelo Michele Piemontese, « Alexandre le “circumnavigateur” dans le roman de Tarsusi », pp. 97-112 (cf. c.r. n° 278).

2Citons au moins ce passage, bien représentatif de l’orientation générale du recueil : « C’est donc bien pour adapter la légende d’Alexandre à la figure du Dhû l-Qarnayn coranique, conquérant universel et prodrome de la révélation, que l’inachèvement, concept négatif, devient l’incomplétude, nécessité d’une restriction positive permettant d’accéder à un accomplissement supérieur à celui qui était d’abord projeté. La limite n’y est plus une borne fixe, une barrière faisant obstacle à une ambition démesurée, comme une lecture trop rapide pourrait le laisser penser, mais plutôt une reconnaissance progressive, par touches, des formes d’inachèvement et de renoncement qui ouvrent la voie à une forme particulière de perfection : celle qui résulte du plein accomplissement du statut liminaire du héros, qui n’est pas sans analogie avec celui d’un Moïse dont la mission s’achève elle aussi sur un seuil, celui de la Terre promise » (F. de Polignac, pp. 79-80).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. François de Polignac et François de Polignac, « Alexandre le Grand, figure de l’incomplétude. Actes de la Table Ronde de la Fondation Hugot du Collège de France (31 mai 1997), Ecole Française de Rome, 2000, 112 p. Mélanges de l’Ecole Française de Rome – Moyen Age, tome 112, (2000). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 280, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35820

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page