Navigation – Plan du site
285
Naṣrollāh Pūrjavādī

« Zabān-e ḥāl dar “Maṯnavī-ye ma‘navī” ». Našr-e Dāneš, 17, 4 (1379/2000), pp. 14-26.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Mowlavī a ouvert son Maṯnavī en utilisant le procédé littéraire déjà bien en vogue du ‘langage d’état’, la célèbre complainte du roseau. Au long de son monument, il a fait parler beaucoup d’êtres, vivants ou non, qui n’ont pas l’usage de la parole. Il l’a souvent fait en mettant leurs paroles en dialogues insérés dans des récits. Dans son Dīvān-e Šams, œuvre lyrique, il a utilisé le même procédé, mais bien sûr sans la mise en dialogues et récits. On trouvera dans l’article un inventaire des plus importants exemples des deux genres. Une touche plus personnelle à Mowlavī est ensuite mise en valeur, sa perception de l’impuis­sance de la ‘langue d’état’ elle-même. Elle est impuissante à dire quelque chose de l’amour et de la vie (hastī). Mieux : nos mots sont des voiles sur les mystères de l’amour et de la vie. L’auteur cite en particulier, dans le Maṯnavī, daftar III, les beyt-s 4725-7. Il faut se réjouir de son annonce d’un ouvrage entier sur zabān-e ḥāl.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Naṣrollāh Pūrjavādī, « « Zabān-e ḥāl dar “Maṯnavī-ye ma‘navī” ». Našr-e Dāneš, 17, 4 (1379/2000), pp. 14-26. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 285, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35830

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page