Navigation – Plan du site
294
Kāmyār ‘Ābedī

Bā tarāne-ye bārān, zendegī va še‘r-e Golčīn Gīlānī. Tehrān, Ṯāleṯ, 1379/2000, 282 p. [Avec les chants de la pluie, vie et œuvre du poète G. Gīlānī]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Majdoddīn Faḫrā’ī, poète né à Rašt en 1288/1909 dans une famille de lettrés. Après ses études élémentaires à Rašt, le jeune Faḫrā’ī poursuit ses études à Téhéran à l’école Sīrūs puis à l’école Polytechnique. Il est le condisciple de Ḏabīḥollāh Ṣafā et l’élève de Vaḥīd Dastgerdī. Il suit le cursus universitaire à l’Ecole Normale puis fait partie du groupe d’étu­diants boursiers de l’Etat envoyés en France puis en Angleterre. Le jeune Golčīn commence par des études d’anglais et de littérature, mais courageusement et à l’encontre de son gouver­nement, il se tourne vers la médecine. Il traverse toute la seconde guerre mondiale, en restant à Londres où il est diplômé de médecine en 1947. Golčīn ne fut pas très heureux en amour : trois mariages dont le premier forcé avec une cousine à 13 ans. Il meurt à Londres en 1972 d’une leucémie. Le présent ouvrage comporte une petite biographie et une étude de l’œuvre poétique. G.G. y est présenté comme un des précurseurs de še‘r-e now bien que sa première période (iranienne) fût classicisante. La deuxième période – anglaise – se tourne peu à peu vers le modernisme avec la publication de Bārān en 1940. Son premier recueil Nahofte paraît à Londres en 1948. La poésie de G.G. paraît aussi dans la presse. Ses thèmes sont l’enfance du poète, la guerre, la nature, la vie et le mort. Les périodes finales (50-70) sont moins pro­ductives mais influentes sur les milieux poétiques iraniens : H. Ebtehāj, Šāmlū, Farroḫzād et bien d’autres ont subi cette influence. La poésie de G.G. est une poésie simple où les sentiments et les souvenirs prédominent. Après l’étude thématique et celle des techniques poéti­ques, l’A. offre une anthologie de la poésie de Golčīn plus quelques traductions en anglais (on ne dit pas si elles sont de la main du poète ou non) et une bonne bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Kāmyār ‘Ābedī, « Bā tarāne-ye bārān, zendegī va še‘r-e Golčīn Gīlānī. Tehrān, Ṯāleṯ, 1379/2000, 282 p. [Avec les chants de la pluie, vie et œuvre du poète G. Gīlānī] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 294, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35848

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page