Navigation – Plan du site
309
‘Abdol‘alī Dastġeyb

Naqd-e āṯār-e Aḥmad Maḥmūd. Tehrān, Mo‘īn, 1378/1999, 286 p. [Critique de l’œuvre d’A. Maḥmūd]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Aḥmad Maḥmūd, de son vrai nom (A‘ṭā) est sans aucun doute un des romanciers les plus intéressants de ces dernières décennies, quoique encore méconnu. Né à Ahvāz en 1931 dans une famille modeste, il court toute sa vie d’un métier à l’autre, pour des motifs à la fois économiques et politiques, connaît la prison, l’exil et toutes sortes de difficultés matériel­les. Mais, d’un tempérament de lutteur, il tient bon jusqu’en 1978 où il prend définitive­ment sa retraite pour se consacrer entièrement à l’écriture. De fait, depuis la révolution, sa production littéraire ne cesse d’augmenter en force et en qualité. ‘A. Dastġeyb, critique littéraire et ami de l’auteur, brosse un portrait très fin de A. Maḥmūd et décrit toutes les étapes d’une vie dont il a été témoin. Puis il analyse les grandes phases de la production de l’œuvre de Maḥmūd. Les premières nouvelles réalistes après le coup d’Etat de mordād 1953-1954 paraissent dans de nombreux périodiques puis en recueil (Mul 1959, Daryā hanūz ārām ast, 1960, Za’erī zīr-e bārān 1968, Ġarībe-hā va pesarake būmī, 1971) ; un choix d’une vingtaine de nouvelles a été publié dans le recueil Az mosāfer ta tabḫāl à la fin des années 90. ‘A. Dastġeyb traite aussi des recueils Qeṣṣe-hā-ye āšenā (1991) et Dīdār (1990), interca­lés après la parution du roman Hamsāye-hā (1974) et de Dāstān-e yek šahr (1981), puis de Zamīn-e sūḫte (1982) et enfin de Madār-e ṣefr dareje (1993). L’analyse de l’A. ne va pas jusqu’au dernier roman paru Deraḫt-e anjīr-e ma‘ābed, paru trop tard pour être intégré dans cette étude. Même si l’on peut regretter que cette étude de l’œuvre de Maḥmūd ne soit pas suivie d’une solide bibliographie de l’œuvre complète ainsi que d’une bibliographie criti­que, c’est la première fois, il faut le reconnaître, qu’un critique iranien fait le tour de cette œuvre. Pour qui ne la connaîtrait pas encore, ou partiellement, il y a là matière pour une bonne première familiarisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. ‘Abdol‘alī Dastġeyb, « Naqd-e āṯār-e Aḥmad Maḥmūd. Tehrān, Mo‘īn, 1378/1999, 286 p. [Critique de l’œuvre d’A. Maḥmūd] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 309, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35871

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page