Navigation – Plan du site
339
Najīb Māyel Heravī

Barg-e bī-bargī. Yādnāme-ye ostād Reḍā Māyel. Tehrān, Ṭarḥ-e now, 1378/1999  paru 2000 , 836 p., index, facsim.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Hommage à l’un des grands lettrés afghans qui ont fait l’honneur de leur pays. Né au début de l’an 1301 (1922) à Hérat, Mīr-Qolām-Reḍā Māyel fit ses études à Kaboul et revint enseigner à Hérat et à Farâh. Il fut ensuite employé dans divers ministères à Kaboul comme expert de l’enseignement. C’est durant cette période, à partir de 1340/1961, qu’il produisit son œuvre, prose et poésie. Il revint souvent à Hérat, pour étudier avec un groupe de savants l’histoire de sa ville à l’époque timouride. La ville du 9e/15e s. était importante à étudier pour comprendre l’évolution de la vie citadine au siècle suivant, jusqu’à l’Ispahan des Safavides. Sur cette base son travail s’élargit, bien sûr, à l’histoire d’autres villes à d’autres périodes. Ce volume d’hommages célèbre, en même temps que Reḍā Māyel, l’ensemble des savants ‘âriyâniens’ qui ont tant œuvré pour la connaissance du persan darī, des langues et des cultures du monde ariyanien, celui du Grand Khorâsân depuis les Ghaznévides. Reḍā Māyel dut s’exiler à partir de 1366/1987 et finit par aller aux USA, où il vécut dans la contrainte, et finit, malade, par revenir près de son fils à Mashhad, où il mourut le 17 dey 1374/1995. Le volume comporte une imposante bibliographie de son œuvre et une série d’articles qui lui sont dédiés, portant, pour l’essentiel, sur l’histoire et la littérature au Khorâsân aux 9e, 10e et 11e s.h.q. Signalons ceux de M. N. Rānjhā (sur Ya‘qūb Čarḫī, troisième maître des Naqšbandiyya, m. en 851/1447), de ‘A. R. Farhādī (sur le persan de Ferdowsī), de ‘A. Raḍavī (sur l’évolution du persan darī au 20e s.), de Najīb Māyel Heravī (sur un beyt de la adīqa de Sanā’ī (n° 369), où les deux fêtes du soufi sont celle de la perte de soi et celle de la découverte de soi en Dieu), de Īraj Afšār (publication d’un rapport sur la répartition du travail des membres de la bibliothèque d’un prince timouride), de Najīb Māyel Heravī (édition d’un important et très beau manavī de M. A. Barnābādī, sur le mode du Mazan al-asrār de Neẓāmī), de Najīb Māyel Heravī (pp. 621-634 ; sur l’assemblage des pièces du Dīvān de Ḥāfeẓ sous les Timourides de Hérat, dont deux manuscrits existent toujours). L’ouvrage contient aussi, en reproduction, plusieurs articles de Reḍā Māyel, par exemple sa publication des archives d’une famille de lettrés de Barnābād (région de Borūjerd), accumulées durant trois siècles. Bref, un ouvrage qui devra être dans toutes les bibliothèques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Najīb Māyel Heravī, « Barg-e bī-bargī. Yādnāme-ye ostād Reḍā Māyel. Tehrān, Ṭarḥ-e now, 1378/1999  paru 2000 , 836 p., index, facsim. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 339, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35920

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page