Navigation – Plan du site
343
Spojmai Zariab

Ces murs qui nous écoutent. Paris, l’Inventaire, 2000, 71+30 p.

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Texte intégral

1Du même auteur, on avait eu en 1988 La plaine de Caïn, traduit aussi par Didier Leroy, qui avait fait connaître en France cet écrivain afghan, dont un texte a été mis en scène au festival d’Avignon pendant les années 90. Les éditions l’Inventaire nous offrent ici trois autres textes de nouvelles où la réalité d’un pays ruiné par les divisions ethno-politiques, oppressé par l’invasion soviétique, est exprimée avec une grande force par une femme qui est sans doute l’une des voix afghanes les plus hautes dans la littérature afghane contemporaine d’expression persane. Le texte est suivi de l’essai très adéquat de Michael Barry, un fin spécialiste de littérature persane (on lui doit la flamboyante traduction des Sept Princesses de Nezami, Gallimard 2000) et qui est aussi un bon connaisseur de l’Afghanistan où il a vécu comme coordinateur de missions humanitaires. On remerciera les éditions l’Inventaire de donner aussi le texte persan. A l’heure où l’aviation américaine bombarde le pays, ces récits prennent des couleurs et un ton particulièrement poignants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Spojmai Zariab, « Ces murs qui nous écoutent. Paris, l’Inventaire, 2000, 71+30 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 343, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35928

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page