Navigation – Plan du site
15
David Christian, Craig Benjamin, Craig Benjamin et David Christian

Silk Road Studies II. World of the Silk Roads: Ancient and Modern. Proceedings from the Second Conference of the Australian Society for Inner Asian Studies (A.S.I.A.S.), Macquarie University, September 21-22, 1996. Turnhout, Brepols, 1998, 306 p., cartes, tab., annexes, corrigendae.

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Texte intégral

1Ce recueil se subdivise en deux sections d’importance inégale, faiblement reliées entre elles, l’une d’histoire ancienne et l’autre d’études modernes et contemporaines. Le fil rouge, un peu fragile, de l’ensemble est constitué par la route de la Soie, justification commode de bien des publications collectives dépourvues de véritable propos. Nous n’aborderons ici que la seconde partie, de loin la plus fournie de cet ouvrage, en renvoyant le lecteur à l’ouvrage lui-même pour les études consacrées aux périodes anciennes (Lieu, Sam, « From Iran to South China : The Eastward Passage of Manicheism », pp. 1-22 ; Cansdale, Lena, « Jews on the Silk Road », pp. 23-30 ; Benjamin, Craig, « In Introduction to Kushan Research », pp. 31-50 ; Christian, David, « State Formation in the Inner Eurasian Steppe », pp. 51-76 ; Helms, Svend, « Ancient Chorasmia : The Northern Edge of Central Asia from the 6th Century B.C. to the mid-4th Century A.D. », pp. 77-96).

2La seconde partie s’ouvre, sans transition, sur une brève analyse de la vision chinoise de l’Asie centrale ex-soviétique, à travers la perception chinoise du rôle de la Russie et des États-Unis, et des potentialités de mobilisation politique de l’islam. Celles-ci semblent être vues à Pékin avec scepticisme, et perçues par le régime chinois comme un tigre de papier, dont Américains et Russes tentent d’user pour maintenir ou accroître leur présence politique dans la région (Hendrischke, Hans, « Chinese Concerns with Central Asia », pp. 97-104). L’article suivant est une sorte de rapport de deux brèves missions au Xinjiang, en 1982 et 1994. L’A. admet, du reste, rester tributaire de la littérature disponible sur cette région : il faut donc se demander jusqu’à quand les études contemporaines sur le Xinjiang continueront de procéder d’un point de vue d’observateurs lointains, comme la soviétologie de naguère (Mackerras, Colin, « Some Observations on Xinjiang in the 1990s », pp. 105-120). Vient ensuite un article qui se limite à un survol de la littérature politologique récente sur l’Afghanistan (Maley, William, « The Dynamics of Regime Transition in Afghanistan », pp. 121-146).

3L’étude qui suit (Nourzhanov, Kirill, « Traditional Kinship Structures in Contemporary Tajik Politics », pp. 147-164) est nettement plus ambitieuse, encore que l’A. s’y contente, pour l’essentiel, de systématiser l’argument de publications antérieures. K. Nourzhanov insiste ici sur le dynamisme de la société tadjique traditionnelle, de ses sociabilités et de ses réseaux de solidarité locaux et régionaux, lesquels auraient survécu intacts à la période soviétique, pour constituer depuis la fin des années 1980 les bases d’une société civile totalement originale. L’analyse porte sur trois échelons de mobilisation communautaire : la parentèle (awlâd), la communauté religieuse, et le régionalisme sub-ethnique. Familier du travail de terrain, contrairement à beaucoup de ses collègues russes, l’A. a prêté une grande attention aux ressorts économiques du fonctionnement des awlâd, des maḥalla et des « unions d’hommes » traditionnelles (gaštak chez les Tadjiks, gap chez les Ouzbeks). Il offre une analyse intéressante de leur articulation avec le champ politique depuis les dernières années de la période soviétique (voir la formation de la direction du Parti de la Renaissance islamique à partir de quelques gaštak mutuellement liés ; la mobilisation militaire du Front populaire de Sangak Safarov par le truchement des maḥalla, etc.).

4L’A. de l’étude suivante, politologue de formation et de métier, s’est aventuré un peu malencontreusement dans l’histoire des mouvements réformistes de l’émirat (et non du khanat) de Boukhara au tournant des 19e et 20e s. : son article se condamne à n’être qu’une reprise de publications occidentales souvent datées, et ne présente donc pas même l’intérêt d’offrir une bibliographie décente (Akbarzadeh, Shahram, « Reformism in the Bukharan Khanate », pp. 165-180). Les deux articles qui suivent sortent du cadre géographique d’Abs. Ir. (Lafitte, Gabriel, « Re-orienting Mongolia », pp. 181-192 ; Patrikeef, Felix, « Baron Ungern and the Eurasian Empire », pp. 193-210). Vient ensuite une étude panoramique de la théorie des relations internationales telle qu’elle est aujourd’hui débattue dans les milieux de pundit-s moscovites, notamment à travers les succès divers de l’idéologie néo-eurasienne assez fumeuse développée, notamment, par Sergej Panarin et sa revue Acta Eurasica (Pitty, Roderic, « Russia and Eurasia in International Relations », pp. 211-240). Le pénultième article du recueil est un survol un peu rapide de l’histoire des civilisations d’Asie centrale, que sa translittération pédante et ses renvois bibliographiques étranges (uniquement à des manuscrits !) empêcheront sans doute d’être utilisé même comme outil de vulgarisation (Tongerloo, Aloïs van, « Turkestan : A Treasury of Civilisations », pp. 241-264). L’ouvrage se clôt enfin sur un étude de la manière dont les chasseurs britanniques de la période coloniale ont transposé à l’Asie centrale les habitudes et préjugés de leur classe et de leur époque (Watson, Geoff, « Central Asia as Hunting Ground : Sporting Images of Central Asia », pp. 265-287).

5Outre l’article de K. Nourzhanov commenté plus haut, la contribution la plus intéressante de ce volume est peut-être à chercher dans l’annexe consacrée aux principaux sites d’internet portant sur l’Asie centrale (Ciolek, T. Matthew, « ‘Digital Caravanserails’ : Essential Online Resources for Inner Asian Studies », pp. 288-302). Le tout compose donc un volume d’un intérêt scientifique assez inégal, dans lequel les AA. se sont, du reste, souvent contentés de reprendre des publications plus anciennes, lorsqu’ils ne s’aventuraient pas en vulgarisateurs dans des domaines qui leur étaient étrangers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. David Christian, Craig Benjamin, Craig Benjamin et David Christian, « Silk Road Studies II. World of the Silk Roads: Ancient and Modern. Proceedings from the Second Conference of the Australian Society for Inner Asian Studies (A.S.I.A.S.), Macquarie University, September 21-22, 1996. Turnhout, Brepols, 1998, 306 p., cartes, tab., annexes, corrigendae. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 15, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35991

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page