Navigation – Plan du site
28
K. [Karl] Ajmermaxer [Aymermacher] et G. Bordjugov

Nacional’nye istorii v sovetskom i postsovetskix gosudarstvax. Moscou, AIRO-XX, 1999, 445 p., annexes, nombreuses ill., index (Fond Fridrixa Naumanna, Associacija issledovatelej rossijskogo obščestva xx veka, Institut russkoj i sovetskoj istorii im. Ju. M. Lotmana Rurskogo Universiteta v Boxume). [Les histoires nationales en URSS et dans les États post-soviétiques]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Texte intégral

1Produit d’une ambitieuse coopération germano-soviétique, cet ouvrage particulièrement important, bien construit et agréablement présenté, rassemble des études consacrées aux incidences de la transition au post-soviétisme sur l’écriture de l’histoire, en Russie et dans les pays nés (ou renés) de l’implosion de l’URSS. Les AA. ont accordé une attention particulière à la façon dont les nationalismes ont pesé en faveur d’une quête de l’ennemi, et d’un rejet de tout ce qui pouvait être perçu comme étranger  à commencer par l’Occident chez les historiens russes (cf. Ajmermaxer, Karl ; Bordjugov, Gennadij, « ‘Svoe’ i ‘čužoe’ prožloe. Vvedenie » [Le passé « propre » et « étranger ». Introduction], pp. 13-17).

2Plusieurs AA. se sont penchés sur la perception de l’histoire nationale de la Russie et des peuples non russes de l’ex-URSS dans les contextes soviétique et post-soviétique (Bordjugov, Gennadij ; Buxaraev, Vladimir, « Nacional’naja istoričeskaja mysl’ v uslovijax sovetskogo vremini » [La pensée historique nationale dans le contexte de la période soviétique], pp. 21-73, 158 notes bibliographiques ; Konstantinov, Sergej ; Ušakov, Aleksandr, « Vosprijatija istorii narodov SSSR v Rossii i istoričeskie obrazy Rossii na postsovetskom prostranstve » [La perception de l’histoire des peuples de l’URSS en Russie et les images historiques de la Russie dans l’espace postsoviétique], pp. 74-103, 94 notes bibliographiques ; Zubkova, Elena ; Kuprijanov, Aleksandr, « Vozvraščenie k ‘russkoj idej’ : krizis identičnosti i nacional’naja istorija » [Le retour à l’« idée russe » : crise d’identité et histoire nationale], pp. 299-328).

3On aborde ensuite la récriture des histoires nationales dans les anciennes républiques fédérées, en commençant par les régions de culture slave (Guzenkova, Tamara, « Ètnonacional’nye problemy v učebnikax po istorii (na primere Ukrainy, Belarusi i nekotoryx respublik Rossijskoj Federacii) » [Les problèmes ethno-nationaux dans les manuels d’histoire (d’après les exemples de l’Ukraine, du Belarus et de quelques républiques de la Fédération de Russie)], pp. 115-143, 90 notes bibliographiques). Suit une série d’études consacrées à la périphérie méridionale de cet ensemble géographique, avec plusieurs contributions très inégales sur le Caucase, l’Asie centrale et les régions de peuplement türkophone de la Fédération de Russie (Iskanderjan, Aleksandr ; Arutjunjan, Babken, « Armenija : ‘Karabaxizacija’ nacional’noj istorii » [Arménie : la « karabaghisation » de l’histoire nationale], pp. 147-160 ; Sembinov, Murat, « Stanovlenie nacional’noj istorii Kazaxstana » [L’établissement d’une histoire nationale du Qazaqstan], pp. 179-194 ; Isxakov, Salavat, « Istorija narodov Povolž’ja i Urala : problemy i perspektivy ‘nacionalizacii’ » [L’histoire des peuples de la Volga et de l’Oural : problèmes et perspectives de la « nationalisation »], pp. 275-298).

4L’article consacré au Tadjikistan est dû à un jeune historien byzantiniste formé à Moscou où il réside depuis la fin de la période soviétique (Šukurov, Rustam, « Tadžikistan : muki vospominanija » [Tadjikistan : les tourments du souvenir], pp. 231-254). Son argumentation est empruntée, pour l’essentiel, aux publications récentes du philologue Muhammadǧon Šukurī, qui n’est autre que le propre père de l’A., et l’idéologue d’un nationalisme tadjik très pénétré de l’idéologie soviétique des nationalités. L’A. dénonce cependant un certain nombre de permanences idéologiques actuelles (comme celle de l’athéisme officiel, dont il voit une résurgence dans l’aryanisme séculier développé par les autorités tadjiques depuis la fin de la période soviétique). L’A. évoque également l’influence de la guerre d’Afghanistan sur l’apparition d’une nouvelle conscience communautaire, parmi les jeunes interprètes tadjiks du contingent de l’armée soviétique qui ont constitué, au tournant des années 1990, le gros de l’intelligentsia des sciences humaines à Douchanbeh. Un long chapitre consacré à l’historiosophie du nationalisme tadjik expose les fondements soviétiques de la conception de l’histoire développée aujourd’hui dans l’intelligentsia d’académie de Douchanbeh. L’A. oppose notamment l’ethnicisme développé par les historiens du Tadjikistan, articulé sur la pratique de la langue persane, au territorialisme dominant dans les républiques türkes voisines, en particulier en Ouzbékistan. Si l’on peut suivre l’A. jusque là, on l’approuve moins lorsqu’il confond le discours des intellectuels d’académie avec les aspirations de la majorité de la population tadjique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. K. [Karl] Ajmermaxer [Aymermacher] et G. Bordjugov, « Nacional’nye istorii v sovetskom i postsovetskix gosudarstvax. Moscou, AIRO-XX, 1999, 445 p., annexes, nombreuses ill., index (Fond Fridrixa Naumanna, Associacija issledovatelej rossijskogo obščestva xx veka, Institut russkoj i sovetskoj istorii im. Ju. M. Lotmana Rurskogo Universiteta v Boxume). [Les histoires nationales en URSS et dans les États post-soviétiques] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 28, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36100

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page