Navigation – Plan du site
48
Thierry Zarcone

Boukhara l’interdite. 1830-1888, l’Occident moderne à la conquête d’une légende. Paris, Autrement, 1997, 187 p., 2 cartes, ill., annexes, glossaire, biblio.

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Texte intégral

1Sous un titre unique, la présente monographie se subdivise, en fait, en deux parties distinctes. La première est consacrée au rôle joué par le travestissement dans l’approche de Boukhara par les voyageurs et savants européens du 19e s. L’A. s’est particulièrement intéressé à deux d’entre eux : le Savoyard J. J. P. Desmaisons et le Hongrois Arminius Vambéry. Le chapitre consacré à Desmaisons est basé sur une traduction russe récente d’un rapport de mission rédigé en français, conservé aujourd’hui aux archives de Saint-Pétersbourg et dont la version originale reste inédite (cf. N. A. Xalfin, éd., Zapiski o Buxarskom xanstve (Otčety P. I. Demezona i I. V. Vitkeviča) [Notes sur le khanat de Boukhara (Les rapports de P. I. Desmaisons et de I. V. Vitkevič)], Moscou, Glavnaja Redakcija Vostočnoj Literatury, 1983, pp. 17-83). La seconde partie de l’ouvrage est une évocation de la ville de Boukhara au 19e s., à travers quelques sources occidentales et russes, ainsi que quelques publications soviétiques.

2Peut-être faut-il déplorer le manque de soin mis par l’éditeur dans la publication de ce texte. En effet, de nombreuses coquilles embrouillent la lecture des toponymes (« Cher-i Sebs » pour Chahr-i Sabz ; la célèbre madrasa des Gâw-Kushân devient celle des Gaus-Kushon ; les shaykhs « djoubaïri » se substituent aux Jûybârî, etc.). Regrettons aussi quelques points de vue historiques discutables, notamment des anachronismes (le « khanat du Tatarstan » ; les Sheybanides présentés comme « dynastie mongole »). Il en va également ainsi de quelques affirmations à l’emporte-pièce (« Boukhara cultive une sainte horreur des infidèles », p. 9) : l’A. tend ici à reproduire le propos essentiellement péjoratif des auteurs européens ou russes du 19e s., teinté de morgue coloniale.

3On se félicitera, par contre, de ce que le présent ouvrage met à la portée du grand public français quelques-uns des principaux auteurs de la littérature de voyage européenne sur l’Asie Centrale  en particulier Desmaisons, dont l’œuvre demeure inédite dans sa langue d’origine. L’arrière-plan culturel, voire politique, de cette littérature est bien évoqué, surtout à travers les liens de certains auteurs avec la franc-maçonnerie. Les meilleures pages de l’ensemble restent sans doute celles, d’une grande pertinence, sur les manifestations corporelles de l’identité musulmane, et sur la difficulté pour les voyageurs européens de la période coloniale de tricher avec leurs corps de chrétiens (voir en particulier les lignes sur l’orientation diverse de la pilosité des avant-bras, chez les sunnites et les chiites, selon la forme de leurs ablutions respectives). Coutumier de l’anthropologie participante, l’A. parle ici en connaissance de cause. Spécialiste d’histoire du soufisme, il nous gratifie également de pages intéressantes sur le rôle des réseaux de solidarité du monde des confréries, auquel on aurait finalement souhaité que soit accordée plus de place dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Thierry Zarcone, « Boukhara l’interdite. 1830-1888, l’Occident moderne à la conquête d’une légende. Paris, Autrement, 1997, 187 p., 2 cartes, ill., annexes, glossaire, biblio. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 48, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36175

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page