Navigation – Plan du site
62
Gerhard Doerfer

« Turkic Languages of Iran », in : J. Lars ; E. A. Csató, The Turkic Languages. London - New York, Routledge, 1998, pp. 273-283.

Compte-rendu réalisé par Sonel Bosnali

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Depuis ses travaux sur les langues turques de l’Iran, dans les années 1968 et 1976, G. Doerfer ne cesse d’écrire sur ce sujet, notamment sur le ḫalaj et le turc du Ḫorāsān ; ses ouvrages sont traduits dans plusieurs langues, sauf, bizarrement, en persan. Après un court rappel des travaux antérieurs sur les langues turques de l’Iran, l’A. évoque l’importance de l’Iran pour les recherches dans le domaine des langues turques, vue la place qu’elles y occupent et leurs caractéristiques encore peu connues.

2L’A. présente, tout d’abord, les deux langues turques les moins connues de l’Iran : le turc du Ḫorāsān et le ḫalaj. Il classe la première parmi les langues oġūz, en la distinguant du turc-azéri et du turkmène. Pour sa classification, il considère trois critères : les suffixes de temps du présent, les suffixes personnels, la forme de la première personne de l’impératif. L’A. distingue six dialectes de cette langue qu’il nomme « oġūz de l’est ». Quant à la deuxième langue, sur laquelle il a écrit 5 livres et 36 articles, il la considère comme séparée du groupe des langues oġūz. Il distingue sept dialectes, parlés dans une région au sud de Téhéran, entre Qom et Arāk.

3L’A. ouvre une parenthèse pour rappeler les caractéristiques historiques, démographiques et sociolinguistiques des turcophones et comparer entre elles les langues oġūz (turc, azerbaïdjanais, oġūz du sud, turc du Ḫorāsān et turkmène), accentuant surtout leurs différences.

4L’A. présente ensuite les caractéristiques de la langue ḫalaj : ses caractères archaïques, son interférence avec les autres langues turques voisines et aussi avec les langues locales non turques. Ainsi, l’A. consacre une courte partie au phénomène d’interférence linguistique avec les langues locales ; le persan d’une part qui a influé sur la morphologie, la syntaxe et le lexique et d’autre part, le tāt, surtout dans le domaine lexical.

5L’article se termine par une courte présentation des nouvelles recherches sur les langues turques de l’Iran.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonel Bosnali. Gerhard Doerfer, « « Turkic Languages of Iran », in : J. Lars ; E. A. Csató, The Turkic Languages. London - New York, Routledge, 1998, pp. 273-283. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 62, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36197

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page