Navigation – Plan du site
66
Moḥammad-Reḍā Karīmī

Moqaddame-ī bar tārīḫ-e taḥavvolāt-e zabān-e torkī-e āḏarī. Zanjān, Ent. Zangān, 1378, 60 p. [Introduction à l’histoire de l’évolution de la langue turc-azérie]

Compte-rendu réalisé par Sonel Bosnali

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Publié en persan et dédicacé par l’auteur à la population persanophone, le livre de Karīmī est l’un de ces ouvrages récents qui prennent part dans le débat sur les origines des turcophones de l’Iran. De ce point de vue, l’A. paraît souhaiter introduire le lecteur persanophone dans le conflit, en donnant brièvement sa version de l’histoire de la langue turc-azérie, de ses origines jusqu’au 13e s.

2Dans les premières pages de son livre, composé de deux parties, l’A. étudie la littérature publiée sur l’histoire de l’Azerbaïdjan, consistant en sources historiques et contemporaines d’origine étrangère, dont une grande partie soviétique. À la lecture de cette littérature, l’A. date la présence des Turcs-azéri en Iran de l’an 1000 avant notre ère, estimant que « les tribus turques composaient la grande partie des Mèdes, notamment la classe dirigeante de cette dynastie, nommée également Mède-Aturpatan ». Quant à l’arrivée des Iraniens dans les territoires mède-aturpatan, elle est datée des années 1000 de notre ère. Différentes sources historiques et contemporaines sont citées dans les pages suivantes, afin de lancer une hypothèse sur le contact des langues turques avec la langue sumérienne, ayant comme conséquence leur influence réciproque ; « d’où la présence de mots turcs dans la langue sumérienne ». Il est intéressant de constater que cette hypothèse diffère radicalement de celle lancée il y a quelques décennies, et beaucoup plus répandue parmi les auteurs azerbaïdjanais, qui supposait que « la langue des Sumériens était une langue agglutinante et, donc, forcément de la même famille que les langues turques ». La présence des mots d’origine turque dans la langue sumérienne, présence due à un contact de longue durée, est considérée par l’A. comme signe d’une présence significative des peuples turcs dans le territoire d’Azerbaïdjan, peuples qu’il nomme par suite turcs-azéri. Le deuxième chapitre de la même partie est consacré à un rappel historique de l’arrivée des différents peuples turcs en Azerbaïdjan « qui se mêlent dans la population indigène turc-azérie ».

3L’A. consacre la deuxième partie de son livre à l’évolution de la langue turc-azérie au contact des autres peuples turcophones installés en Azerbaïdjan ou simplement de passage. Selon l’A., « tous les peuples turcophones arrivés en Azerbaïdjan ont contribué au processus de formation d’une langue turc-azérie, entre les 5e et 7e s. de notre ère ». Les Turcs oġūz, les derniers venus dans ce territoire, sont considérés par l’A. comme « différents » des Turcs-azéri, lesquels n’ont fait qu’influencer la langue turc-azérie, déjà formée. Les dernières pages de l’ouvrage sont consacrées à la formation de la langue littéraire du turc-azéri, datée par l’A. du 12e s., et au développement d’une littérature dans cette langue au siècle suivant.

4Si le contenu du livre de Karīmī n’a rien d’original, en revanche il présente l’intérêt, comme tous les ouvrages de ce type, de nous renseigner sur l’attitude des peuples à la recherche d’une légitimation de leur existence, à travers la reconstitution de l’histoire et l’historisation de leur langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonel Bosnali. Moḥammad-Reḍā Karīmī, « Moqaddame-ī bar tārīḫ-e taḥavvolāt-e zabān-e torkī-e āḏarī. Zanjān, Ent. Zangān, 1378, 60 p. [Introduction à l’histoire de l’évolution de la langue turc-azérie] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 66, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36207

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page