Navigation – Plan du site
73
Moḥammad Reḍā Šo‘ār

Farhang-e vāže-hā-ye kohan dar zabān-e emrūz-e Āḏarbāyjān. Tehrān, Balḫ, 1378, 184 p. [Dictionnaire des mots anciens de la langue actuelle de l’Azerbaïdjan]

Compte-rendu réalisé par Sonel Bosnali

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La question des origines des Turcs d’Iran et de leur langue anime encore aujourd’hui un débat assez vif en Iran, devenant parfois un véritable conflit scientifique entre les auteurs iraniens. Les positions les plus opposées sont représentées par deux livres : d’un côté, celui de Kasravī A., (Zabān-e Pāk : āḏarī yā zabān-e bāstān-e Āḏarbāyjān, Ferdows, Tehrān, 1378) dans lequel l’auteur nie l’origine turque de la population turcophone d’Azerbaïdjan, et de l’autre, celui de Zehtābī M., (Iran Türklärinin Eski Tarikhi, Äkhtar, Tabriz, 1378), soutenant que « les Turcs vivaient, au contraire, dans cette région depuis des siècles, avant même l’arrivée des Aryens ».

2L’A., militaire de profession, participe de puis longtemps à ce débat (en 1967/1346, il avait publié Baḥṯ-ī darbāre-ye zabān-e Āḏarbāyjān). Contrairement à ce premier ouvrage qui contenait des considérations plus générales, celui-ci est un recueil lexicographique qui tente de prouver l’origine pré-iranienne des mots employés actuellement par les turcophones habitant dans les provinces de l’Azerbaïdjan.

3Le livre est composé de deux avant-propos (Fereydūn Joneydī et Ġolām-Ḥoseyn Marzābādī) et d’une introduction de l’A., ainsi que d’une partie consacrée à quelque 3000 mots, recueillis dans l’ensemble du territoire habité par la population turcophone azerbaïdjanaise. Comme son titre l’indique, la mise en page de l’ouvrage est celle d’un dictionnaire : les mots figurent sous deux colonnes, d’abord en alphabet arabe, suivi de la transcription phonétique en alphabet latin. Pour certains mots l’A. donne l’origine (p : persan, t : turc, a : arabe, etc.), le sens, et parfois encore l’emploi dans des œuvres persanes.

4L’ouvrage étant dépourvu de conclusion, l’A. mène donc, dès l’introduction, une réflexion sur la dénomination de la langue azéri, qu’il définit comme la « langue ancienne de l’Azerbaïdjan ». L’A. suppose qu’avec l’arrivée des Turcs dans la région, les mots originalement iraniens ont subi de telles transformations que « l’on ne peut désigner aujourd’hui [cette langue] ni comme turc, ni comme turkmène, ni comme persan, ni comme arabe, mais comme un mélange de ces quatre langues avec des apports des langues européennes (russe, français, anglais) ». D’autre part, l’A. estime que cette langue ne possède les caractéristiques des langues turques qu’au niveau de sa syntaxe, sa structure morphologique étant beaucoup plus proche du persan que du turc. Nous sommes donc en présence d’une langue que nous pourrions nommer pidgin.

5Même s’il est loin de prouver l’origine iranienne du substrat de la langue actuellement parlée par la population turcophone de la région, c’est un excellent travail de recherche dans le domaine des interférences linguistiques, notamment en ce qui concerne les emprunts et leur adaptation dans la langue de réception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonel Bosnali. Moḥammad Reḍā Šo‘ār, « Farhang-e vāže-hā-ye kohan dar zabān-e emrūz-e Āḏarbāyjān. Tehrān, Balḫ, 1378, 184 p. [Dictionnaire des mots anciens de la langue actuelle de l’Azerbaïdjan] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 73, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36220

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page