Navigation – Plan du site
75
Bāqer Āyatollāhzāde Šīrāzī

Actes du deuxième congrès de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme iraniens. Sous la dir. de Bāqer Āyatollāhzāde Šīrāzī, Vol. 1, Téhéran, Organisation du Patrimoine Culturel de l’Iran, 1378/1999. [Majmū‘e-ye maqālāt-e dovvomīn kongere-ye tārīḫ-e me‘mārī va šahr-sāzī-ye Īrān]

Compte-rendu réalisé par Masoud Azarnoush

Texte intégral

1Le vif succès du premier congrès de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme iraniens qui s’était déroulé il y a quatre ans à Bam, a incité l’Organisation du Patrimoine Culturel National à organiser le second sous le même titre et au même endroit. La majorité des quatre cents articles reçus a eu l’occasion d’être communiquée à Bam. Tout l’ensemble sera publié en 5 volumes dont seulement le premier vient de paraître. La participation importante des étudiants et des jeunes chercheurs, ainsi que la présentation d’un plus grand nombre de communications consacrées aux sujets théoriques de l’urbanisme, par rapport aux autres sujets, a marqué ce congrès.

2Ce premier volume comprend 26 articles. Ceux-ci sont publiés au rythme de leur achèvement et cela sans aucun classement. Les communications se rapportant aux données nouvelles de l’archéologie de terrain se limitent à deux articles, un troisième reprenant un sujet auparavant traité :

31) Ṣarrāf, Moḥammad Raḥīm. « Processus de l’architecture et de l’urbanisme de la ville antique de Hegmataneh (Hamadan), à la 9e campagne de fouille, automne 1377 (1998) », pp. 87-125, 25 figures et dessins hors texte ;

42) Lakpūr, Sīmīn. « Présentation du manoir découvert dans les fouilles archéologiques à Dareh-shahr (‘Ilam) », pp. 187-218, 17 figures et dessins hors texte ;

53) Kāmbaḫš Fard, Seyfollāh. « Tâq-e Garrâ et [sa] situation », pp. 219-240, 15 figures et dessins hors texte ;

6Le premier de ces trois articles est le seul à être traité ici.

7La grande colline de Hegmatāne, qui porte les vestiges archéologiques les plus marquants de la ville de Hamadan, a été l’objet de fouilles régulières menées par une mission iranienne dirigée par l’auteur depuis 16 ans. Fondée, selon Hérodote, par Déiokès, premier des rois Mèdes, Hamadan demeure la capitale de cette dynastie pour devenir ensuite une résidence estivale des Perses achéménides et ensuite, probablement, des Parthes arsacides. La ville redevient la capitale des roitelets de certaines dynasties islamiques. Elle se révèle donc d’une importance majeure pour la compréhension de l’histoire et de la culture anciennes de l’Iran. L’auteur a déjà publié un rapport préliminaire en persan en 1995 (« Les découvertes nouvelles de l’architecture et de l’urbanisme dans la colline Hegmataneh, Hamadan », Actes du 1er congrès de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme iraniens, Citadelle de Bam, Kerman, Iran, 26 février-2 mars 1996 [Majmū‘e-ye maqālāt-e avvalīn kongere-ye tārīḫ-e me‘mārī va šahr-sāzī-ye Īrān], 5 vols., Téhéran, Organisation du Patrimoine Culturel de l’Iran, 1996-98, vol. 2, pp. 812-840). Il a également publié un article en allemand (AMI, 29, 1997, pp. 21-39 ; cf. Abs. Ir, 20-21, n° 177) et un résumé en français (« Ecbatane, capitale des Mèdes, capitale achéménide », Archéologia no. 339, novembre 1997, pp. 40-41).

8Les six premières saisons de fouilles ont mis au jour une architecture remarquable. Le niveau, atteint à presque 5 m. de profondeur dans le chantier central de la partie est du site, montre un secteur de la ville bâtie sur le type dit « hippodamien ». Les rues, larges de 3,5 m., se croisent à angle droit pour créer plusieurs blocs d’habitat de forme rectangulaire. Huit maisons de plan identique, couvrant chacune un carré de 17,5 m. de côté, occupent chaque bloc en respectant une parfaite symétrie. À l’est les quartiers d’habitation sont délimités par une enceinte large de 9 m., dont certaines parties d’une hauteur variant de 2 à 6 m. sont encore debout. Les vestiges de cette enceinte sont partiellement visibles sur une longueur de 200 m.

9L’auteur, après un résumé des résultats obtenus pendant les six premières saisons de fouilles, donne les détails des dernières campagnes. Il semble qu’après la construction de la ville, pour laquelle les briques crues de 35 x 35 x 12 cm ou 34 x 34 x 12 cm avaient été utilisées, une partie de la ville au moins a subi une reconstruction hâtive avec des briques mesurant 50 cm de côté et 12 cm d’épaisseur. L’auteur pense que des briques plus petites (33 x 33 x 13 cm), également utilisées, appartiennent à cette même période de reconstruction.

10La mise au jour d’un réseau de conduites d’eau vers les quartiers de la ville est aussi une découverte importante. L’un des canaux longe l’enceinte de la ville entre celle-ci et les blocs d’habitations. D’autres canaux ont été trouvés dans certaines rues. La datation de cette ville posait toujours un problème majeur. L’examen par thermoluminescence de certaines briques appartenant à des chantiers différents de fouilles ainsi que celui de quelques tessons donnent des dates qui indiquent l’existence de la ville pendant l’époque parthe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Masoud Azarnoush. Bāqer Āyatollāhzāde Šīrāzī, « Actes du deuxième congrès de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme iraniens. Sous la dir. de Bāqer Āyatollāhzāde Šīrāzī, Vol. 1, Téhéran, Organisation du Patrimoine Culturel de l’Iran, 1378/1999. [Majmū‘e-ye maqālāt-e dovvomīn kongere-ye tārīḫ-e me‘mārī va šahr-sāzī-ye Īrān] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 75, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36225

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page